Ecologie spatiale des populations

Marcel Lambrechts

Directeur de recherche au CNRS

CEFE/CNRS
Campus du CNRS
1919, route de Mende
34293 Montpellier cedex 5

Tél : +33/0 4 67 61 33 10
Fax : +33/0 4 67 61 33 36
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mots clés

Discipline : Ecologie évolutive, Ecologie comportementale, Ecophysiologie
Thématiques : Biologie des populations, Traits d’histoire de vie, Changements environnementaux, Hétérogénéité de l’habitat
Organismes biologiques : Aves, Parus (Mésanges)
Milieux : Région méditerranéenne, Milieux forestiers
Techniques :  Suivi d’individus marqués dans le cadre d’un programme à long terme
Autres mots clés : Interactions entre espèces, Ressources, Climat

Centres d'intérêt scientifique : Santé individuelle, interactions entre espèces, et contraintes des milieux

Le fonctionnement des organismes est influencé par leur habitat biotique/abiotique multi- dimensionnel, incluant les ressources indispensables pour la survie, la croissance, et la reproduction. Les changements environnementaux pourraient avoir un impact sur la disponibilité des ressources exploitées, ayant des conséquences pour les caractéristiques des individus et des populations constituant les générations suivantes.  Par exemple, une réduction de la qualité/quantité des ressources disponibles à cause des modifications des milieux naturels pourrait avoir plusieurs conséquences: (i) des modifications comportementales/physiologiques influençant l’expression phénotypique des adultes, ou (ii) des modifications des effets maternels/paternels à l’échelle de la fertilisation des œufs, la formation des embryons, le développement des descendants après la naissance, et la qualité des soins parentaux fournis. Comprendre avec un pouvoir prédictif les mécanismes sous-jacents influençant  les réponses individuelles et populationnelles vis-à-vis des caractéristiques de l'habitat nécessitera des études dans des milieux naturels/modifiés.  Ces recherches sont possibles dans des paysages méditerranéens hétérogènes utilisant des modèles biologiques étudiés déjà depuis de longues années, comme par exemple les petits passereaux potentiellement exposées à une série de contraintes environnementales. La fondation d’un réseau de collaborateurs au niveau national et international permet l’application d’une recherche multidisciplinaire/ transdisciplinaire/ pluridisciplinaire à des échelles spatiotemporelles différentes.