Ecologie Fonctionnelle

Accueil D Ecologie Fonctionnelle

Thèmes de recherche

La compréhension des bases fonctionnelles permettant de comprendre la façon dont les organismes intéragissent entre eux et avec leur environnement à différentes échelles est un objectif majeur du département. Une combinaison d’approches fondées sur les traits fonctionnels et l’écophysiologie permet de caractériser la structure fonctionnelle des communautés et de quantifier l’impact des organismes sur les propriétés des écosystèmes sous différentes contraintes de climat ou de perturbations. Ces informations nous permettent de conceptualiser, développer et paramétrer nos modèles de composition des communautés au niveau local, de fonctionnement des écosystèmes et des échanges biosphère/atmosphère associés, ainsi que ceux portant sur les aires de répartition d’espèces au niveau régional ou continental. L’étude des impacts des changements planétaires, notamment changements climatiques et d’utilisation des terres, sur la biodiversité, le fonctionnement des écosystèmes et la durabilité des services associés représente une thématique centrale des activités de recherche du département. Nos travaux expérimentaux et de modélisation portent principalement sur les écosystèmes terrestres avec un accent fort sur la région Méditerranéenne.

Ce département est dirigé par Stephan HÄTTENSCHWILER

 

Mots-clés

Changements climatiques | Changements d'utilisation des terres | Cycles des éléments | Diversité fonctionnelle | Echanges biosphère/atmosphère | Ecosystèmes terrestres | Fonctionnement du sol | Modèles basés sur les processus | Perturbations | Région Méditerranéenne | Ressource en eau | Structure des communautés | Traits fonctionnels

 


Publication récente

  • Zhang H., Chuine I., Regnier P., Ciais P., Yuan W. 2022. Deciphering the multiple effects of climate warming on the temporal shift of leaf unfolding. Nature Climate Change, DOI: s41558-021-01261-w

 

Abstract

Changes in winter and spring temperatures have been widely used to explain the diverse responses of spring phenology to climate change. However, few studies have quantified their respective effects. Using 386,320 in situ observations of leaf unfolding date (LUD) of six tree species in Europe, we show that accelerated spring thermal accumulation and changes in winter chilling explain, on average, 61% and 39%, respectively, of the advancement in LUD for the period 1951–2019. We find that winter warming may not have delayed bud dormancy release, but rather it has increased the thermal requirement in reaching leaf unfolding. This increase in thermal requirement and the decreased efficiency of spring warming for thermal accumulation partly explain the weakening response of leaf unfolding to warming. Our study stresses the need to better assess the antagonistic and heterogeneous effects of winter and spring warming on leaf phenology, which is key to projecting future vegetation–climate feedbacks.

Lien vers l'article