• Alexandru MILCU

     Chargée de recherche (CR) & Ecotron Director

    MilcuA

     

    CNRS CEFE (Room 216A)
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5
    tel:+33 (0) 618.596.094
    alex.milcu(at)cnrs.fr

           Short Biography

     

    I am an ecosystem ecologist whose research interest focuses on the consequences of global changes such as biodiversity loss and climate change for the functioning of terrestrial ecosystems.

    • Since 2015 - Researcher CR, CNRS CEFE
    • Since 2018 - Ecotron Director
    • 2016-2018 - Adjunct Director, CNRS, Ecotron
    • 2012-2014 - Research Associate, CNRS Ecotron
    • 2007-2012 - Ecotron Project Leader, Imperial College London (Silwood Park)
    • 2005-2007 - Ecotron Research Officer, Imperial College London (Silwood Park)
    • 2002-2005 - PhD, Technical University of Darmstadt 

          View CV and complete publicaiton list 

          Acess publications at Researchgate 

          Publication metrics on Google Scholar                      

  • Anne Charmantier

    2019 03 23.Arinelle 57 AnnebleueDirectrice de recherche (DR1)

    CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5

    E-mail : anne.charmantier[at]cefe.cnrs.fr

    Thèmes de recherche: Evolution et génétique quantitative dans les populations naturelles; sénescence; sélection sexuelle.

  • Antoine DONCIEUX

    CEFE vigne

    Doctorant


    Université Montpellier 2

    Département Interaction, Écologie et Sociétés

    Équipe Interactions & Adaptations Bioculturelles

    CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5
    France

    Bureau 211A et (+33)6 98 94 30 87

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
      


    Sujet de thèse

    Les vignerons de Gaillac : adaptation des connaissances et des pratiques aux changements climatiques

    Directrices de thèse

    Sophie Caillon & Delphine Renard 

    Financement de la thèse 

    Cette thèse s’inscrit dans le cadre du projet ASSET (AgrobiodiverSity for a food Secure planET) financé par le programme Investissement d’Avenir Make Our Planet Great Again (MOPGA). Le financement de la thèse est assuré par la région Occitanie. 

    Contexte

    La viticulture est un secteur particulièrement impacté par les composantes des changements climatiques (CCs) : augmentation des températures, variabilité des températures et des précipitations, fréquence et intensité des évènements extrêmes. De nombreux effets sont déjà observés sur la vigne (avancée de la phénologie, maturation du raisin dans des conditions plus chaudes) et sur la qualité du vin (modification des profils aromatiques et de l'équilibre sucre-acidité). Les CCs attendus dans les prochaines décennies risques d'exacerber les impacts déjà observables sur la vigne, entrainant de fortes disparités entre vignobles en termes de pression phytosanitaire, de stress hydrique, de rendement et de qualité du raisin pouvant modifier les zones actuellement favorables à la viticulture. Afin de sauvegarder la qualité, l'identité et la rentabilité de leurs vins, les vignerons observent, expérimentent, partagent leurs savoirs et modifient leurs pratiques viticoles. Parmi le corpus de pratiques développées, élargir le choix des variétés de vigne (i.e. cépages) et des porte-greffes cultivés pourrait réduire le risque de défaillance totale de la production viticole. La diversification pourrait donc être une adaptation clé des vignerons aux CCs.

    L'objectif principal de ma thèse est de mieux comprendre comment la diversité des variétés de vigne et des savoirs locaux peut contribuer à l'adaptation de la viticulture face aux CCs. Ma thèse vise à mieux comprendre :

    (1) la manière dont les vignerons perçoivent les CCs et modifient leurs pratiques en réponse aux variations climatiques ;

    (2) les processus de création et de transmission des connaissances viticoles ;

    (3) comment se caractérise la diversité variétale de la vigne et des zones de culture à différentes échelles spatiales et temporelles ;

    (4) dans quelle mesure la diversité variétale de la vigne peut soutenir une production stable dans le temps et constituer un potentiel d'adaptation face aux CCs.

    J'emploie une approche interdisciplinaire à l'interface entre l'écologie, l'agronomie et l'ethnoécologie afin de prendre en compte l'ensemble des dynamiques socio-écologiques de la culture de la vigne. Pour cela, j'utilise et combine différents outils (observation participante, entretiens semi-directifs, modélisations climatiques et agronomiques, analyse des réseaux sociaux).

     

    Mots clefs

    Agrobiodiversité, ethno-écologie, stabilité des rendements,  savoirs locaux, paysage, viticulture, changements climatiques, Gaillac

    Publications et travaux

    2019

    Gauthier P., Pons V., Fisogni A., Murru V., Berjano R., Dessena S., Maccioni A., Chelo C., de Manincor N., Doncieux A., Papuga G., & Thompson J.D. 2019. Assessing vulnerability of listed Mediterranean plants based on population monitoring. Journal for Nature Conservation. 52, p. 125758. 

    Doncieux A., Jankowski F., Gaudin A. & Barnaud A. 2019. Coexistence of certified and peasant seeds: the challenge for agrobiodiversity conservation? Harlan III, Montpellier, France.

    2018

    Doncieux A., Jankowski F., Gaudin A. & Barnaud A. 2018. Certified and peasant seeds: which network for millet seed supply?. International Conference on Ecological Sciences : Sfécologie, Rennes, France. ⟨hal-02143842⟩

    Stage M2 (BioGET, UM2): Dynamiques des réseaux de circulation de semences certifiées de mil au Sénégal. Encadrantes : A. Barnaud (DR en génétique, IRD - UMR DIADE), F. Jankowski (DR en socio-anthropologie, CIRAD - UR GREEN)

    2017 

    Stage M1 (BioGET, UM2): Dynamiques de population d’espèces végétales protégées en milieux méditerranéens anthropisés. Encadrants : J. D. Thompson (DR en écologie, CEFE-CNRS) et P. Gauthier (IR en écologie, CEFE-CNRS)

  • Bertrand SCHATZ

     

    B Schatz

    Directeur de recherche au CNRS, CID 52

     

    Je m’intéresse à l’écologie de la pollinisation, à l’évolution des interactions plantes-insectes et à la conservation de ces communautés. Mes travaux concernent surtout les figuiers en milieu tropical et les orchidées en milieu méditerranéen et ils portent sur la compréhension fondamentale de ces interactions et l’opérationnalité de leur conservation.

     

    I am interested in pollination ecology, in the evolution of plant-insect interactions and in the conservation of these communities. My studies concern tropical figs and Mediterranean orchids and they are focused on the fundamental understanding of these interactions and using fundamental insights for operational conservation.  

     

    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

     

  • Catherine ROUMET

    Directrice de recherche CNRSCatherine Roumet

    CEFE/CNRS

    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5

    tél : 04 67 61 32 40
    fax : 04 67 61 33 36

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     Principaux thèmes de recherche

    Mes travaux de recherche portent sur l’étude de la diversité fonctionnelle des plantes herbacées, et plus particulièrement sur l’analyse comparative des systèmes racinaires. L’objectif est de comprendre la signification fonctionnelle des traits des systèmes racinaires et leur impact sur le fonctionnement des plantes et des écosystèmes.

  • Cyrille VIOLLE

    altDirecteur de recherche CNRS

    CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    A l’interface entre écologie fonctionnelle et écologie des communautés, je cherche à comprendre les causes de variation de la biodiversité, aussi bien à l’échelle locale que continentale, et l’effet de changements de la biodiversité sur la dynamique et le fonctionnement des écosystèmes.

  • Edmond DOUNIAS

    edmond dounias

    Directeur de recherche à l'IRD

    Logo ird new

    Recherches axées sur les interactions bioculturelles entre les peuples forestiers et les forêts tropicales humides en situation de changement radical, en utilisant les systèmes alimentaires comme des révélateurs des stratégies adaptatives élaborées localement en réponse aux changements.

     

    Research activities focusing on the biocultural interactions between forest dwellers and tropical forests in a context of drastic change, using food systems as key revealers of the adaptive strategies elaborated locally in response to the changing environment.

     

    Actuellement Représentant de l'IRD pour l'Indonésie et Timor oriental

     

    Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

  • Elena KAZAKOU

    Maître de conférences Montpellier SupAgro, HDR12509183 10153915175929224 2075459128754908783 n

    CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5

    tél :  +33 4 67 61 33 34
    fax :  +33 4 67 61 33 36
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

  • Eric GARNIER

    altDirecteur de Recherche (CNRS)

     CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier Cedex 5

    tél : +33 4 67 61 32 42
    fax : +33 4 67 61 33 36

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Thèmes de recherche

    Mes travaux portent sur la caractérisation de la diversité fonctionnelle des végétaux, abordée essentiellement par l’étude de leurs traits fonctionnels.

  • Gérard DUVALLET (Émérite)

    Gerard Duvallet trombiProfesseur émérite

     

    UMR5175, Université Paul-Valéry Montpellier, Route de mende, 34199 Montpellier Cedex 5

    Tél : +33 (0)6 38 95 24 35

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

    https://www.researchgate.net/profile/Gerard_Duvallet

     

    Résumé :

    Étude de l’impact du changement des pratiques pastorales sur les populations de vecteurs et conséquences possibles : 1) évaluer en quoi l’activité d’élevage a un effet sur la biodiversité (entomofaune), 2) analyser et prévoir les conséquences pour les arthropodes hématophages (nuisances et transmission de pathogènes), 3) envisager toutes les possibilités de lutte non polluante (pièges chimiques attractifs, substances naturelles répulsives, lutte biologique).

    Travaux menés en France, en Thaïlande et en Afrique de l’Ouest principalement sur stomoxes et tabanides.

     

    Mots-clés :

    Arthropodes hématophages, Transmission vectorielle, Pratiques pastorales, Méthodes de lutte

     

     

     

     

     


  • Jean-Michel BELLANGER

    JMB1

     

    Chargé de recherche à l’INSERM

    Ma principale activité de recherche porte sur l’évolution et la diversité taxinomique des macromycètes, que j’aborde via l’analyse phylogénétique d’échantillons issus d’un large réseau de mycologues européens partenaires. Je constitue aussi une extractothèque fongique destinée à mettre en évidence et valoriser le potentiel bioactif de ces organismes dans le domaine de la santé humaine.

    My research is mainly focused on the evolution and the taxonomic diversity of higher fungi. I am adressing this issue through the phylogenetic analysis of samples originating from a broad network of European partner mycologists. I am also assembling a fungal extract library, aiming at revealing and promoting the bioactivities of these organisms in the field of human health.

     

    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

  • Jean-Yves BARNAGAUD

    CEFE- RDC, Aile B, bureau 3

    33(0)467633265

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    For master students : your applications are very welcome. Note that I am trying to mentor a maximum of 2 students per year in order to warrant my implication in your projects. I am therefore unlikely to accept applications outside a project that I have advertised myself, without fundings, or without a clear match with one of my research interests. Therefore, please read cautiously the description of my research below before getting in touch, and join a letter explaining precisely which of my projects is of highest interest to you and why. In 2022, I will supervise two Msc students (M2), with projects on island bird biogeography and vertebrate road casualties. My preference will be directed towards students with good records in ecology and biodiversity management, with a strong interest for statistical data analysis. Projects will be released between july and october 2022.

    RESEARCH

    My research is focused on a comparative exploration of the role of multiple environmental drivers in shaping species distributions and diversity at multiple spatial and temporal scales. Most of my research is structured on the combined use of ecoinformatics methods (statistical analysis of large data sets) and naturalist expertise to understand empirical patterns of community composition in space and time.   

    - Composition and diversity of insular avifaunas. I use a framework based on ecological traits to understand the relative influences of landscape structure, habitat, and exotic species in shaping the current structure of bird communities on oceanic islands. 

    - Influence of landscape and habitat on the distributions of mediterranean reptiles. Relying on opportunistic data from the regional participative database Malpolon, maintained  by the Ecole Pratique des Hautes Etudes since the 1980's, I investigate the determinants of spatial patterns in reptile distributions and diversity along regional gradients of climate, land use and land abandonment.

    - Interacting imprints of climate change and land use on biodiversity. Using multiple taxa and scales, I investigate how species' responses to historical and present land use change interact with their responses to climate change. 

     

    COLLABORATIVE WORK WITH STAKEHOLDERS

     

    Most of my interactions with biodiversity stakeholders are focused on data analysis to answer questions relative to the monitoring of human impacts on biodiversity.

    - Influence of management practices on waterbirds. In collaboration with the natural reserve of Hyères saltpans, I investigate the impact of water management practices on the temporal dynamics of waterbird species. 

    - Faunistic road casualties. I work with the Ligue pour la Protection des Oiseaux and the CEREMA to explain and predict spatial patterns in road casualites. We exploit jointly multiple sources of protocoled, non-protocoled and citizen science data to identify mortality hotspots and explanatory factors, with the final aim to inform public policies on the mitigation of traffic impact on vertebrates. 

     

    TEACHING

    Most of my teaching activity is embedded within the program of the Ecole Pratique des Hautes Etudes.

    - Data analysis for ecologist : a three-weeks course dedicated to biodiversity stakeholders, framed on the practical use of statistical methods and the R software in ecological monitoring. 

    - Methods for ecological monitoring : a two-weeks course with Aurélien Besnard, mainly dedicated to master students and biodiversity stakeholders, to improve their skills and critical thinking in advanced numerical methods for ecology, including species distribution modeling, population dynamics, sampling design and analysis of diversity indices.

    - Environmental changes and ecological science :I contribute to several courses on global changes and environmental monitoring. My teaching is focused on the interactions between science and society through several lenses including epistemology and governance / spatial planning.

     


  • Jérôme CORTET

    Professeur(Université Paul-Valéry Montpellier III)

    Tél : +33 (0) 4 67 14 23 15

    Fax: +33 (0) 4 67 14 24 59

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

     

  • JOFFRE Richard

    Directeur de Recherche ( DR1)/Directeur du CEFE

    Mes travaux portent sur la compréhension de la régulation du fonctionnement des écosystèmes terrestres en terme de flux de matière (eau, carbone, nutriments…). Initialement centrées sur les écosystèmes méditerranéens, mes activités ont été élargies à d’autres écosystèmes subissant de très fortes contraintes (les hauts plateaux andins). 

    My research focuses on the understanding of terrestrial ecosystems functioning in terms of fluxes (water, carbon, nutrients...). Initially centered on Mediterranean ecosystems, my research activities have been extended to the Andean highlands).

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Mots-clés:Ecologie fonctionnelle-  Changements planetaires -   Méditerranée - Andes - Quercus -  Chenopodium quinoa - Spectroscopie proche infrarouge

    Key-words:Functional Ecology - Global Change - Mediterranean Basin - Andes -Quercus - Chenopodium quinoa - NIRS

     

  • Johanne NAHMANI

    Chargée de recherche (CR1) 

    alt

    Responsable de l’équipe BIOFLUX

    Campus du CNRS

    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5
    tel:+33 (0)4 67 61 32 43
    fax:+33 (0)4 67 41 33 36

    e-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

     

    Mots clés : 

    Macroinvertébrés du sol, Diversité, Rôle fonctionnel (Structuration des sols, Décomposition des litières), Perturbations anthropiques et changements globaux, Traits biologiques, écologiques et fonctionnels

  • LECONTE Anjélica

    Doctorante

    CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5

    anjelica.leconte[at]cefe.cnrs.fr
    anjelica.leconte[at]compagniedesamandes.com

     

    Sujet : Identification de la kairomone attractive pour la guêpe de l’amande Eurytoma amygdali en vue de la mise au point du biocontrôle par piégeage massif.

     

    Encadrement :

    Directeur : Philippe Lucas (iEES Paris - équipe NEO)
    Co-directeur :Michael Staudt (CEFE - CNRS - équipe FORECAST)

    Financements : thèse CIFRE - Compagnie des amandes

     

    Résumé :

    Eurytoma amygdali Enderlein est un hymenoptère ravageur de l’amandier. La biologie de cet insecte est bien décrite. Il présente une seule génération annuelle. Les femelles pondent leurs œufs dans les jeunes amandes au printemps et la larve se développe dans le fruit qui reste accroché à l’arbre jusqu’au printemps suivant. L’émergence des adultes s’étale sur une période de 3-4 semaines en moyenne. Les femelles pondent 60 à 120 œufs, qu’elles soient accouplées ou non. Les femelles vierges engendrent des mâles alors que les femelles accouplées donnent des femelles. Pendant la ponte, la femelle dépose une phéromone anti-oviposition qui empêche les autres femelles de pondre dans une amande déjà infectée.

    Les seuls moyens efficaces de lutte contre ce ravageur requièrent l’utilisation d'insecticides. Les recommandations de la réduction de leur utilisation nécessitent la recherche de méthodes alternatives de lutte contre cet insecte ravageur. Il n'existe à ce jour aucune méthode de biocontrôle efficace permettant un développement durable de la culture d'amandes biologiques en France.

    L’objectif de ce projet de thèse est d’exploiter ces résultats en identifiant les kairomones responsables de l’attraction des femelles d’E. amygdali puis en élaborant un mélange attractif qui pourra servir ultérieurement pour un piégeage massif dans les vergers des femelles de ce ravageur.

    Mon travail au CEFE sur la 1ère année de thèse sera de prélever, d'identifier et de quantifier les COV émis par les amandiers par des méthodes de GC-MS, PTR-MS et SPME en conditions contrôlées mais aussi naturelles. A partir de ces résultats, les deux dernières années de thèse auront lieu à l'INRAe Versailles pour identifier les COV détéctés par les femelles E. amygdali par EAG et GC-EAG, puis déterminer quels sont les COV ayant une activité kairomonale pour les femelles par olfactométrie.

    Projet connexe :
    Tout comme la kairomone, l’utilisation de phéromone anti-oviposition présente un fort potentiel pour lutter efficacement contre la guêpe de l’amandier. La caractérisation de cette phéromone pourra faire l'objet d'un sous-projet au sein de ma thèse.

    Youtube : présentation de thèse

     

  • LIMOUSIN Jean-Marc

    Limousin 2015Jean-Marc LIMOUSIN
    Chargé de Recherche CNRS (CR2)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    +33 (4) 67 61 32 93
     
     
    My main resarch interests are:
    The water and carbon fluxes in forest ecosystems facing water limitation
    The physiological responses of trees to water stress
    The mechanisms leading to acclimation or mortality of trees under global-change
    type drought

     

     

     

  • Magali PROFFIT

    MagaliProffit

    Chargée de recherche au CNRS

     

    J'étudie le rôle de la médiation chimique dans le fonctionnement de différents types d´interactions plantes-arthropodes. J'ai pour objectif de caractériser l´impact de l’augmentation de polluants atmosphériques sur la rencontre entre espèces dans les interactions plantes-insectes et donc sur la résilience de ces interactions. J'étudie également les mécanismes évolutifs expliquant la nature des signaux chimiques ainsi que la détection de ces signaux dans les interactions plantes-pollinisateurs.

    I study the role of chemical mediation in the functioning of different types of plant-arthropod interactions. I aim at characterising the impact of increasing concentrations of atmospheric pollutants on the encounter between species in plant-insect interactions and hence on the resilience of these interactions. I also investigate the evolutionary processes explaining the nature of the chemical signals and how they are detected in plant-insect interactions.

    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

     

  • MORIN Xavier

    altChargé de Recherche (CR1)

    CNRS Researcher 

    CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier cedex 5

    Tél : +33 (0)4 67 61 32 89
    Fax : +33 (0)4 67 61 33 36

    xavier dot morin @ cefe dot cnrs dot fr

     (English version below)

     

    Thèmes de recherche

    (English follows)

    Mes travaux cherchent à parvenir à une meilleure compréhension du déterminisme de la diversité végétale aux différentes échelles spatiales et temporelles, sa réponse aux changements futurs, et son rôle dans le fonctionnement des écosystèmes forestiers. En particulier, je cherche donc à comprendre et prédire comment la biodiversité des écosystèmes forestiers s’organise selon différentes échelles spatiales, comment elle sera modifiée par les changements globaux, et quelles en seront les conséquences sur le fonctionnement de ces écosystèmes. Pour ce faire j’essaie de développer une approche intégratrice basée sur les processus. Mes travaux se focalisent principalement sur les espèces d'arbres et arbustes. Pour mener à bien ces objectifs, j’utilise aussi bien des résultats issus d’expérimentation, d’observations le long de gradients écologiques in situ, et de modélisation.

    Plus précisément, mes travaux se déclinent selon deux axes majeurs :

    1-·Expliquer la répartition des espèces d’arbres et leurs patrons de diversité de l’échelle continentale à l’échelle locale.

    Ces travaux cherchent à identifier et comprendre quels sont les processus écologiques impliqués dans la limitation géographique actuelle des espèces d’arbres et quelle sera leur réponse au changement climatique, pour ainsi mieux modéliser la répartition des espèces en fonction des conditions environnementales via une approche mécaniste. De plus, j’ai étudié le lien entre la stratégie écologique des espèces ligneuses de la zone tempérée et leurs caractéristiques de répartition, dans un contexte évolutif. Enfin, au cours des dernières années, je m’intéresse aux mécanismes et facteurs qui régissent la coexistence des espèces à l’échelle locale.

    2- Expliquer la relation entre diversité spécifique et fonctionnelle des ligneux et productivité forestière, et prédire comment cette relation sera affectée par les changements environnementaux à venir.

    Ces travaux se focalisent sur l’étude du lien entre diversité (taxonomique, fonctionnelle, phylogénétique, en inter-spécifique mais aussi en intra-spécifique) et fonctionnement des écosystèmes forestiers, notamment leur productivité, en fonction de gradients climatiques. En particulier, la recherche des processus écologiques sous-tendant les phénomènes, qui constitue le fil conducteur de mes travaux, apparaît de plus en plus comme une façon plus appropriée et plus fiable pour rendre compte des dynamiques résultant de l’effet des changements globaux sur les espèces, les communautés et les écosystèmes. 

    Mes travaux reposent essentiellement sur deux types d’outils.

    • Suivi à long terme du fonctionnement de l’écosystème forestier : Gradient Méditerrano-Alpin de Placettes forestières (GMAP)

    Le dispositif GMAP est un réseau de placettes forestières distribuées le long de gradients climatiques (gradients latitudinaux nord-sud, gradients altitudinaux, en Provence et dans les Alpes) et différentes conditions de mélanges (en termes de composition de l’étage dominant de la canopée). Les forêts méditerranéennes et de montagne ont été choisies comme écosystèmes-modèles car celles-ci ont été identifiées comme particulièrement sensibles au changement climatique. Les placettes forestières (1000 m²) sont organisées par triplets, avec des peuplements purs et mélangés, situées le long de gradients environnementaux (régionaux et altitudinaux), pour explorer comment la productivité en bois, la régénération, et la décomposition des litières sont affectées par la diversité et la structure fonctionnelle des peuplements et les conditions environnementales. Les placettes sont distribuées le long d’un gradient latitudinal de 6 sites (pour le moment) entre Provence et Alpes du Nord, avec du Sud vers le Nord : la Sainte-Baume, le Lubéron, le Ventoux, le Vercors (Lente), et les Bauges. Chaque site comprend un gradient altitudinal de triplets de placettes (un peuplement mélangé avec le hêtre et une autre essence et les deux peuplements monospécifiques associés, celui de hêtre et de l’autre essence). Ce dispositif a été initié depuis 2012 grâce à divers projets (projets ANR BioProForet DIPTICC, projet BGF DISTIMACC - GIP ECOFOR, projet ERA-NET REFORM - SumForest), et a intégré l’OSU-OREME comme tâche d’observation long terme en 2018.

    • Modélisation

    Dans un contexte forestier où l’expérimentation s’avère délicate, le recours à la modélisation est un outil pertinent et prometteur pour explorer la relation diversité-productivité, dans la limite de nos connaissances actuelles des mécanismes régissant la dynamique forestière. Depuis plusieurs années je développe ainsi un modèle inter-échelles basé sur des processus pour répondre à des questions d’écologie des communautés et d’écologie fonctionnelle. Le but est d’abord de parvenir à un modèle permettant de faire des tests théoriques en forêts méditerranéennes et tempérées, mais de pouvoir ensuite obtenir un outil avec des portées opérationnelles.

    Si vous êtes intéressés par ces travaux, n'hésitez pas à me contacter.

     

    English:

    My research activities aim at achieving a better understanding of the processes driving plant diversity at different spatial and temporal scales, diversity response to on-going and future changes, and the role of diversity in the functioning of forest ecosystems. In particular, I therefore seek to understand and predict how the biodiversity of forest ecosystems is organized at different spatial scales, how it will be modified by global change, and what the consequences will be for the functioning of these ecosystems. To do this, I try to develop an integrative approach based on processes. My work focuses mainly on tree and shrub species. To achieve these objectives, I rely on experimental results and observations along ecological gradients in situ, as well as modelling.

    More precisely, my activities can be divided into two major areas:

    1--Explaining the distribution of tree species and their diversity patterns from continental to local scale.

    This work seeks to identify and understand the ecological processes involved in the geographical limitation of tree species and their response to climate change, in order to better model species distribution according to environmental conditions, through a mechanistic approach. In addition, I have studied the link between the ecological strategy of temperate zone woody species and their distribution characteristics, in an evolving context. Finally, I am interested in the mechanisms and factors that govern the coexistence of species at the local level.

    2- Explaining the relationship between specific and functional diversity of woody species and forest productivity, and predicting how this relationship will be affected by future environmental changes.

    This work focuses on studying the link between diversity (taxonomic, functional, phylogenetic, interspecific but also intra-specific) and the functioning of forest ecosystems, particularly their productivity, as a function of climate gradients. In particular, the search for the ecological processes underlying the patterns, which is the guiding principle of my work, is increasingly emerging as a more appropriate and reliable way to account for the dynamics resulting from the effect of global changes on species, communities and ecosystems.

    My work is essentially based on two types of tools.

    • Long-term monitoring of forest ecosystem functioning: Mediterranean-Alpine Forest Plot Gradient (GMAP)

    The GMAP design is a network of forest plots distributed along climatic gradients (north-south latitudinal gradients, altitudinal gradients, in Provence and in the Alps) and different mixing conditions (in terms of composition of the dominant canopy stage). Mediterranean and mountain forests have been chosen as model ecosystems because they have been identified as particularly sensitive to climate change. Small forest plots (1000 m²) are organized in triplets, with pure and mixed stands, located along environmental gradients (regional and altitudinal), to explore how wood productivity, regeneration, and litter decomposition are affected by stand diversity and functional structure and environmental conditions. The plots are distributed along a latitudinal gradient of 6 sites (for the moment) between Provence and the Northern Alps, with from South to North: Sainte-Baume, Lubéron, Ventoux, Vercors (Slow), and Les Bauges. Each site includes an altitudinal gradient of triplet plots (one stand mixed with beech and another species and the associated two monospecific stands, beech and the other species). This system has been initiated since 2012 through various projects (ANR BioProFor and DIPTICC projects, BGF DISTIMACC - GIP ECOFOR project, ERA-NET REFORM project - SumForest), and integrated OSU-OREME as a long-term observation task in 2018.

    • Modelling

    In a forest context where experimentation is difficult, modelling appears as a relevant and promising tool to explore the diversity-productivity relationship, within the limits of our current knowledge of the mechanisms governing forest dynamics. For several years I have been developing a cross-scaling model based on ecological processes to test hypotheses in community ecology and functional ecology. The aim is first to build a model that allows theoretical tests to be carried out in Mediterranean and temperate woodlands, but then to obtain a tool with operational scope.

    If you are interested by one of the aspects of these topics, please contact me.

     

     

    Selected Publications

    Morin X. & Chuine I. 2006. Niche breadth, competitive strength and range size of tree species. Ecology Letters, 9, 185-195.

    Morin X., Ameglio T., Ahas R., Besson C., Lanta V., Lebourgeois F., Miglietta F. & Chuine I. 2007. Variation of cold hardiness and carbohydrate contents from dormancy induction to budburst among populations of three European oak species. Tree Physiology; 27, 817-825.

    Morin X., Augspurger C. & Chuine I. 2007. Process-based modeling of tree species’ distributions. What limits temperate tree species’ range boundaries? Ecology, 88, 2280-2291.

    Morin X., Viner D. & Chuine I. 2008. Tree species range shifts at a continental scale: new predictive insights from a process-based model. Journal of Ecology, 96, 784-794.

    Morin X. & Lechowicz, M. J. 2008. Contemporary perspectives on the niche that can improve models of species range shifts under climate change. Biology Letters, 4, 443-602.

    Morin X. & Thuiller W. 2009. Comparing niche- and process-based models to reduce prediction uncertainty in species range shifts under climate change. Ecology, 90, 1301–1313.

    Article critiqué et sélectionné pour faire partie de la « Faculty of 1000 - Biology » http://www.f1000biology.com/article/id/1163801

    Morin X., Lechowicz M. J., Augspurger C., O’Keefe J., Viner D. & Chuine I. 2009. Leaf phenology changes in 22 North American tree species during the 21st century. Global Change Biology, 15, 961–975.

    Article cité dans la section ‘News’ de la revue Nature (Novembre 2010) : http://www.nature.com/news/2010/101129/full/news.2010.637.html

    Morin X., Roy J., Sonié L. & Chuine I. 2010. Climate change impact on the phenology of three European oak species: results from a field experiment. New Phytologist, 186, 900-910.

    Chuine I., Morin X. & Bugmann H. 2010. Warming, photoperiods, and tree phenology. Science, 329, 277-278.

    McMahon S. M., Harrison S. P., Armbruster W. S., Beale C., Edwards M. E., Kattge J., Midgley G., Morin X., & Prentice I. C. 2011. Improving assessments of climate-change impacts on global biodiversity. Trends in Ecology and Evolution. 26, 249-529

    Morin X. & Lechowicz M. J. 2011. Geographical and ecological patterns of range size in North American trees. Ecography, 34, 738–750.

    Morin X., Fahse L., Scherer-Lorenzen M. & Bugmann H. 2011. Tree species richness promotes productivity in European temperate forests through a strong complementarity effect. Ecology Letters, 14, 1211–1219.

    Dormann C. F., Schymanski S. J., Cabral J., Chuine I., Graham C., Hartig F., Kearney M., Morin X., Römermann C., Schröder B. & Singer A. 2012. Correlation and process in species distribution models: bridging a dichotomy. Journal of Biogeography, 39, 2119-2131.

    Morin X. & Lechowicz M. J. 2013. Niche breadth and range area in North American trees. Ecography, 36, 300-312.

    Morin X. & Chuine I. 2014. Will tree species experience increased frost damage due to climate change? Canadian Journal of Forest Research, 44, 1555-1565.

    Morin X., Fahse L., De Mazancourt C., Scherer-Lorenzen M. & Bugmann H. 2014. Diversity enhances the temporal stability of forest productivity in time because of stronger asynchrony in species dynamics. Ecology Letters, 17, 1526-1535

    Chauvet, Kunstler G., Roy J. & Morin X. 2017. Using a forest dynamics model to link community assembly and traits structure. Functional Ecology. 31, 1452–1461.

    Bernard M., Boulanger V., Dupouey JL., Laurent L., Montpied P., Morin X., Picard JF. & Saïd S. Deer browsing promotes Norway spruce at the expense of silver fir in the forest regeneration phase. Forest Ecology & Management. 400, 269-277.

    Morin, Fahse L., Jactel H., Scherer-Lorenzen M., Garcia-Valdés R. & Bugmann H. 2018. Long-term response of forest productivity to climate change is mostly driven by change in tree species composition. Nature Scientific Reports. 8, 5627.

    Garcia-Valdés R., Bugmann H. & Morin X. Diversity loss effects on forest functioning: comparing the effect of random vs. climate change-driven species extinctions. Diversity & Distributions, 24:906–918. https://doi.org/10.1111/ddi.12744

    Jactel H., Gritti E.S., Drössler, Forrester D.I.,  Mason W.L., Morin X.,  Pretzsch H.,  Castagneyrol B. 2018. Positive biodiversity–productivity relationships in forests: climate matters. Biology Letters. 14: 20170747

    Cordonnier T., Kunstler G., Courbaud B., Morin X. 2018. Managing tree species diversity and ecosystem functioning through coexistence mechanisms. Annals of Forest Sciences. 75: 65. https://doi.org/10.1007/s13595-018-0750-6

     

    Liens / Links

    Lien Google Schoral

    Lien ResearchGate

     

  • MOUILLOT Florent

    Chargé de recherche (CRCN IRD)
    Chef d'équipe FORECAST

    CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5

    tél :  +33 (0)4 67 61 32 92
    fax : 33 (0)4 67 61 33 36

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Thèmes de recherche

    Mes travaux portent principalement sur la modélisation de la dynamique et du fonctionnement des écosystèmes végétaux naturels terrestres à différentes échelles.