•  Chargée de recherche (CR) & Ecotron Director

    MilcuA

     

    CNRS CEFE (Room 216A)
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5
    tel:+33 (0) 618.596.094
    alex.milcu(at)cnrs.fr

           Short Biography

     

    I am an ecosystem ecologist whose research interest focuses on the consequences of global changes such as biodiversity loss and climate change for the functioning of terrestrial ecosystems.

    • Since 2015 - Researcher CR, CNRS CEFE
    • Since 2018 - Ecotron Director
    • 2016-2018 - Adjunct Director, CNRS, Ecotron
    • 2012-2014 - Research Associate, CNRS Ecotron
    • 2007-2012 - Ecotron Project Leader, Imperial College London (Silwood Park)
    • 2005-2007 - Ecotron Research Officer, Imperial College London (Silwood Park)
    • 2002-2005 - PhD, Technical University of Darmstadt 

          View CV and complete publicaiton list 

          Acess publications at Researchgate 

          Publication metrics on Google Scholar                      

  • AnneCharpentierMaître de conférences (Lecturer), Université de Montpellier

    HDR (Habilitée à diriger des recherches)

    I work at the interface between population dynamics and conservation biology.  My research encompasses the effects of anthropic factors on population dynamics and their implications for the conservation of biodiversity.  I have mainly worked in the Mediterranean region, focusing on environmental drivers such as climatic change, environmental variability and species introductions to explain ecological and evolutionary dynamics of plant populations.  Recently, I have developed a particular interest in historical ecology by studying ancient human impacts on whale populations. 

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    https://www.researchgate.net/profile/Anne_Charpentier

  • altChargé de recherche (CR1)

    CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5

    Tél : +33/0 4 67 61
    Fax : +33/0 4 67 61 33 36

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    A l’interface entre écologie fonctionnelle et écologie des communautés, je cherche à comprendre les causes de variation de la biodiversité, aussi bien à l’échelle locale que continentale, et l’effet de changements de la biodiversité sur la dynamique et le fonctionnement des écosystèmes.

  • Formé d’abord à l’étude des mutualismes entre plantes et animaux dans les écosystèmes tropicaux, j’applique maintenant l’écologie évolutive à des systèmes couplés humains/nature. J’étudie comment l’évolution des plantes sous la domestication est façonnée par les pratiques agricoles en interaction avec la sélection naturelle, utilisant le manioc et d’autres plantes propagées par voie clonale comme systèmes modèles. J’étudie aussi les interactions entre humains et écosystèmes dans les savanes tropicales saisonnièrement inondées, comparant des systèmes de subsistance convergents en Afrique (systèmes actuels) et en Amérique du Sud (vestiges de systèmes précolombiens) pour enrichir réciproquement l’archéologie et l’ethnoécologie.

    Trained in the study of plant/animal mutualisms in tropical ecosystems, I now apply the evolutionary-ecological approach to coupled human and natural systems. I study how plant evolution under domestication is shaped by human agricultural practices and natural selection, using manioc and other clonally propagated crops as model systems. I also study interactions between humans and ecosystems in seasonal tropical wetlands, comparing convergent subsistence systems in Africa (present-day) and South America (pre-Columbian vesqtiges) to cross-fertilize both archaeology and ethnoecology.

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • altDirecteur de Recherche (CNRS)

     CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier Cedex 5

    tél : +33 4 67 61 32 42
    fax : +33 4 67 61 33 36

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Thèmes de recherche

    Mes travaux portent sur la caractérisation de la diversité fonctionnelle des végétaux, abordée essentiellement par l’étude de leurs traits fonctionnels.

  • FINN Fujen Province3

    Directeur de recherche au CNRS

     

    Je m'intéresse à l'écologie et à l'évolution des interactions inter-spécifiques. Mes études portent plus particulièrement sur les processus de coévolution et de diversification dans le système Ficus-insectes des figues.

     

    I am interested in the ecology and evolution of inter-specific interactions. My studies are largely focused on coevolutionary processes and diversification in the fig-fig wasp system.

     

    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • F Richard

     

    Professeur des Universités, Université de Montpellier

     

     

     

    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • francoise

     

    Professeur des universités, Université de Montpellier

     

    Mes travaux de recherche concernent la biodiversité végétale et fongique source de substances naturelles (composés phénoliques, saponines, composés organiques volatils, peptides, exsudats racinaires) permettant les interactions de la plante ou du champignon avec son environnement (micro-organismes, microfaune, homme) et dont certaines présentent des activités biologiques valorisables par l’homme (dépollution, agro-alimentaire, pharmaceutique, industriel…) ou un impact négatif sur la santé humaine (toxines fongiques) .

     

    My research focuses on vegetal and fungal biodiversity source of natural substances (phenolic compounds, saponins, volatile organic compounds, peptides, root exudates) allowing interactions of the plant or the mushroom with its environment (microorganisms, microfauna, human) with biological activities valorizable by human (mycoremediation, agro-alimentary, pharmaceutical, industrial) or with a negative impact on human health (fungal toxin).

     

    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  •  

    Directeur de Recherche au CNRS / Senior Scientist at CNRS

     

    J’étudie les réponses des communautés animales et végétales aux changements d’origine humaine (espèces introduites, usage des sols), en milieu tempéré et méditerranéen.

     

    I study plant and animal community response to human induced change (introduced  species, land use) in temperate and méditerranean systems.

     

    Courriel: jean-louis.martin [at] cefe.cnrs.fr

     JLete2014 petit


     

     

  • Directeur de Recherche ( DR1)/Directeur du CEFE

    Mes travaux portent sur la compréhension de la régulation du fonctionnement des écosystèmes terrestres en terme de flux de matière (eau, carbone, nutriments…). Initialement centrées sur les écosystèmes méditerranéens, mes activités ont été élargies à d’autres écosystèmes subissant de très fortes contraintes (les hauts plateaux andins). 

    My research focuses on the understanding of terrestrial ecosystems functioning in terms of fluxes (water, carbon, nutrients...). Initially centered on Mediterranean ecosystems, my research activities have been extended to the Andean highlands).

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Mots-clés:Ecologie fonctionnelle-  Changements planetaires -   Méditerranée - Andes - Quercus -  Chenopodium quinoa - Spectroscopie proche infrarouge

    Key-words:Functional Ecology - Global Change - Mediterranean Basin - Andes -Quercus - Chenopodium quinoa - NIRS

     

  • Chargée de recherche (CR1) 

    alt

    Responsable de l’équipe BIOFLUX

    Campus du CNRS

    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5
    tel:+33 (0)4 67 61 32 43
    fax:+33 (0)4 67 41 33 36

    e-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

     

    Mots clés : 

    Macroinvertébrés du sol, Diversité, Rôle fonctionnel (Structuration des sols, Décomposition des litières), Perturbations anthropiques et changements globaux, Traits biologiques, écologiques et fonctionnels

  • Directeur de recherches, première classe

    CEFE/CNRSJohn webmini
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5

    tél : +33 4 67 61 32 14
    fax: +33 4 67 41 06 16

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

     

  • Lauren

          Doctorante

    CNRS CEFE (Room 212A)

    1919, route de Mende

    34293 Montpellier

    lauren.gillespie(at)cefe.cnrs.fr

     

    Sujet de thèse :L’impact du changement climatique sur le fonctionnement microbien du sol le long des gradients de diversité des arbres dans des forêts Européennes.

    Thesis subject:Soil microbial functioning under climate change across tree diversity gradients in European forests.

    Encadrants/Supervisors : Stephan HÄTTENSCHWILER, Nathalie FROMIN & Alexandru MILCU

     

    Objectif (français) : 

    Ma thèse fait partie du projet collaboratif « SoilForEUROPE » avec la participation de plusieurs partenaires en France, en Allemagne, en Belgique, en Suède et en Pays-Bas. SoilForEUROPE vise à comprendre la relation entre la diversité des espèces d’arbres et la diversité des organismes du sol, et leurs conséquences pour le fonctionnement des écosystèmes forestiers sous changement climatique à l’échelle Européenne.IMG 20170819 WA0007

    L’objectif de ma thèse est de comprendre les mécanismes sous-jacents de la résistance et la résilience du fonctionnement microbien (l’activité microbien et les flux de gaz) face à des évènements de sècheresse extrême sous conditions contrôlées (sur le terrain et à l’Ecotron Européen à Montpellier). Je vais également interagir étroitement avec l’ensemble des membres du consortium sur différents aspects liés aux activités microbiennes (la diversité microbienne, la diversité de la faune de sol, le fonctionnement des racines, etc.).   

    Objective (english) :

    My PhD is part of the SoilForEUROPE project including several partners from France, Germany, Belgium, Sweden, and the Netherlands. SoilForEUROPE aims to understand the relationships between tree species diversity and soil diversity, and their consequences for ecosystem functioning across major European forest types under climate change.

    The objective of my PhD is to understand the driving mechanisms of ecosystem resistance and resilience of microbial functioning (microbial activity and trace gas fluxes) to extreme drought events under controlled conditions (in the field and at the European Ecotron in Montpellier). I will also closely interact with all members of the consortium on related aspects (microbial diversity, soil fauna diversity, root functioning, etc.).

     

    Publications :

    Hättenschwiler S., Barantal S., Ganault P., Gillespie L., Coq S., (2018). Quels enjeux sont associés à la biodiversité des sols ? Innovations Agronomiques, 69, 1-14.

    Bristiel, P., Gillespie, L., Østrem, L., Balachowski, J., Violle, C., & Volaire, F. (2018). Experimental evaluation of the robustness of the growth–stress tolerance trade‐off within the perennial grass Dactylis glomerata. Functional Ecology, 32(8),1944-1958.
     
    Gillespie, L. M., & Volaire, F. A. (2017). Are winter and summer dormancy symmetrical seasonal adaptive strategies? The case of temperate herbaceous perennials. Annals of botany, 119(3), 311-323.
     
    Yap, T. A., Gillespie, L., Ellison, S., Flechas, S. V., Koo, M. S., Martinez, A. E., & Vredenburg, V. T. (2016). Invasion of the fungal pathogen Batrachochytrium dendrobatidis on California islands. EcoHealth, 13(1), 145.
     
     
    Études/Education :                                
     
    Master 2 (Second year of Master's program) (2015) : La relation entre croissance et survie au stress constitue-t-elle un compromis évolutif ou une relation dynamique: le cas de Dactylis glomerata L.(Is the relationship between growth and stress survival an evolutionary trade-off or a dynamic linkage: the case of Dactylis glomerata L.).  Encadré par : Florence VOLAIRE (Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive – CNRS – 34293 Montpellier – France). Formation : Master 2 Biodiversité, Ecologie et Environnement à l’Université Grenoble Alpes.
     
    Master 1 (First year of Master's program) (2014) : Effets du dérangement humain sur les oiseaux forestiers (Effects of anthropogenic disturbance on forest birds). Encadré par : Yves Bötsch (La Station Ornithologique Suisse – 6204 – Sempach – Suisse). Formation : Master 1 Biodiversité, Ecologie et Environnement – Université Grenoble Alpes – Grenoble – France.
     
    Bachelor (2008 – 2012) : Formation : Biology concentration in Ecology – San Francisco State University – California – USA
     
  • MondolotLaurenceR

     

    Maître de Conférences, Université de Montpellier

     

    Etude in situ des médiateurs chimiques des plantes (métabolites phénoliques surtout), intervenant lors de stress biotiques (modèle Helianthus/Sclerotinia ; Vitis/Plasmopara Vitis/Eutypa ; Leonardoxa/fourmis ; Coffea/Nématodes ; Oriza/Nématodes) ou abiotiques (détection de l'activité herbicide sur des graminées nuisibles…), ainsi que lors de variations du milieu (cas de la domestication chez le Manioc…), ou lors de variations physiologiques (cycle végétatif du caféier, exposition aux rayonnements UV de caféiers et de Centella asiatica …)

     

    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • LD

     

    Maître de conférences, Université Paul-Valéry Montpellier III

     

    Mon objectif est de comprendre le rôle et l’importance des odeurs et des médiateurs chimiques dans le fonctionnement et l’évolution des relations plantes-insectes. Je m’intéresse particulièrement aux aspects suivants : quelles sont les caractéristiques des odeurs et des signaux chimiques disponibles pour les insectes ? Quelle est l’activité biologique de ces molécules (réponse comportementale des insectes) ? Dans quelle mesure et à quel(s) niveau(x) ces interactions chimiques jouent un rôle dans le fonctionnement et l’évolution des systèmes plantes-insectes ?

    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

  •  

    Doctorante

     

    CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5

     

    iris.le-ronce[at]cefe.cnrs.fr

     

    Sujet de thèse :

    Déterminisme environnemental de la reproduction par masting des arbres et impacts du changement climatique :
    le cas du chêne vert

    Encadrement :

    Directrice : Isabelle CHUINE (CNRS – UMR CEFE - FORECAST)
    Co-encadrant : Jean-Marc LIMOUSIN (CNRS – UMR CEFE - FORECAST)
    Co-encadrant : Samuel VENNER (CNRS – UMR LBBE - Equipe Ecologie Quantitative et Evolutive des Communautés)

    Financement :

    Ingénieure des Ponts, des Eaux et des Forêts en formation doctorale (Ministère en charge de l’écologie)

    Résumé :

    La réussite de la reproduction des arbres forestiers est un élément essentiel de la régénération des peuplements. Pourtant, les peuplements forestiers français subissent actuellement un certain taux d’échec de leur renouvellement, qui interroge sur le devenir de la régénération naturelle. Par ailleurs, la reproduction sexuée étant essentielle pour sélectionner des génotypes mieux adaptés aux nouvelles conditions climatiques, il est nécessaire de mieux comprendre la façon dont fonctionne et évoluera la fertilité des arbres avec le changement climatique.

    Les dynamiques de fructification des arbres forestiers sont souvent caractérisées par des fructifications massives, intermittentes et synchronisées à l’échelle d’une population. Ce patron de fructification, dit de masting, est une stratégie de reproduction répandue parmi de nombreux groupes taxonomiques de plantes en milieu tempéré, mais dont les mécanismes sont encore mal compris.

    Plusieurs travaux ont cherché à corréler le succès de reproduction par masting et les conditions météorologiques chez les arbres forestiers. Chez les chênes, il en ressort qu’aucune variable météorologique ne permet de prédire de façon récurrente les patrons de fructification. Par ailleurs, encore peu d’études cherchent à déterminer quelles contraintes physiologiques pèsent sur chacune des étapes de développement des fruits.

    Problématique de la thèse : Comment expliquer la variabilité interannuelle de la fécondité des arbres, et en particulier du chêne vert ?

    La première partie de ce travail s’intéresse aux déterminants pédoclimatiques et biologiques de la variation de la fécondité du chêne vert. Cette partie est basée sur l’analyse de données de floraison et de fructification collectées sur la station expérimentale de Puéchabon (http://puechabon.cefe.cnrs.fr/) depuis 1984, et qui offrent un recul très rare sur l’évolution des dynamiques de fécondité chez les arbres forestiers.

    La seconde partie aborde plus précisément les mécanismes d’allocation de réserves aux fleurs et aux fruits à l’échelle de l’arbre et de la branche. Cette partie est basée sur deux expériences menées au laboratoire et mises en place dans le cadre du doctorat : une expérience de retrait des fruits et une expérience de défoliation. L’impact de ces traitements sur plusieurs traits (succès reproducteur, croissance, photosynthèse, réserves en différentes ressources) a été suivi pour mieux comprendre l’allocation entre différentes fonctions au sein de l’arbre.

    Enfin, la troisième partie consiste à mettre en équation ce qui a été mis en évidence dans les deux parties précédentes pour modéliser l’impact des changements climatiques sur la fécondité des arbres en ajoutant un module au modèle PHENOFIT, développé par Isabelle Chuine. Ce modèle sera calibré sur le chêne vert, mais pourra être utilisé pour d’autres essences.

     

    PhD Title:

    Environmental determinism of reproduction by masting in trees and impact of climate change:
    the case of the holm oak

    Abstract:

    French forests are mainly renewed through natural regeneration. However, how fertility of forest stands will be affected by climate change is still very poorly understood. It is thus essential that we gain a better understanding of ecophysiological mechanisms of reproduction in order to improve functional models of trees and species distribution models. Both aspects will be necessary to predict the consequences of climate change on temperate forests. This project will identify the environmental determinants of the reproduction of an evergreen mediterranean tree, the holm oak (Quercus ilex). This species reproduces with a masting pattern like other oaks and many trees, and has been monitored in South France for more than 30 years.

    Data analyzed in this project were mainly collected at the Puéchabon long-term monitoring site: http://puechabon.cefe.cnrs.fr/

  • Limousin 2015Jean-Marc LIMOUSIN
    Chargé de Recherche CNRS (CR2)
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    +33 (4) 67 61 32 93
     
     
    My main resarch interests are:
    The water and carbon fluxes in forest ecosystems facing water limitation
    The physiological responses of trees to water stress
    The mechanisms leading to acclimation or mortality of trees under global-change
    type drought

     

     

     

  • MagaliProffit

    Chargée de recherche au CNRS

     

    J'étudie le rôle de la médiation chimique dans le fonctionnement de différents types d´interactions plantes-arthropodes. J'ai pour objectif de caractériser l´impact de l’augmentation de polluants atmosphériques sur la rencontre entre espèces dans les interactions plantes-insectes et donc sur la résilience de ces interactions. J'étudie également les mécanismes évolutifs expliquant la nature des signaux chimiques ainsi que la détection de ces signaux dans les interactions plantes-pollinisateurs.

    I study the role of chemical mediation in the functioning of different types of plant-arthropod interactions. I aim at characterising the impact of increasing concentrations of atmospheric pollutants on the encounter between species in plant-insect interactions and hence on the resilience of these interactions. I also investigate the evolutionary processes explaining the nature of the chemical signals and how they are detected in plant-insect interactions.

    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

     

  •  

    Technicienne, Université de Montpellier

     

    Je cherche à mettre en évidence par des techniques analytiques et séparatives (CLHP, CCM, Chromatographie Flash) des molécules d’intérêts biologiques d’origine fongique et végétale. En parallèle, je participe à la constitution d’une extractothèque ( Basidiomycota / Ascomycota).

     

    Sur le terrain, je participe à la récolte de Macromycètes pour la recherche et pour l’enseignement de la mycologie aux étudiants de la faculté de pharmacie.

     

    courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  •  

    Doctorant / PhD CandidatePortrait de Matthias GRENIÉ

    Email: <matthias.grenie at cefe.cnrs.fr>                  Twitter Logo Blue  Talk to me on Twitter
    orcid 32x32 orcid.org/0000-0002-4659-7522

             personal website


    Mes intérêts portent sur la variation de la biodiversité à différentes échelles (locale, régionale, globale) : comment varie-t-elle en fonction des échelles ? Peut-on comprendre les causes de sa variation ? Je m'intéresse aussi à l'assemblage des communautés : comment se fait-il que l'on trouve telle espèce à tel endroit mais pas telle autre ?  Est-ce lié à l'environnement, à la présence d'autres espèces ?

    My scientific interests revolve around the variation of biodiversity at different scales (local, regional and global): how does diversity vary in function of the scale? Can we understand the causes of its variation? I am also interested in community assembly: why do we find a given species at a given place but not that other species? Is it because of the environment, of other species?