Interactions Biotiques

Margaux JULIEN

tel : 04 67 61 32 32

bureau 2-C-207

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sujet de thèse : Translocations végétales : bilan des connaissances, expérimentation et optimisation

Directeurs de thèse : Bertrand Schatz et Bruno Colas

Financement : Cette thèse est financée par le bureau d’études Ecotonia, située à Eguilles (13).

Contexte

Une translocation est un déplacement volontaire d’organismes depuis des sites naturels ou ex situ vers d’autres sites naturels. Face à l’augmentation des pressions humaines sur les habitats naturels, les translocations dites ‘de conservation’ (IUCN & SSC 2013) sont de plus en plus en fréquentes (revues dans Beck et al. 1994, Seddon et al. 2005, Godefroid et al. 2011; Corlett, 2016). Elles ont lieu soit par la simple volonté des naturalistes d’améliorer le statut de conservation des espèces menacées, soit, de plus en plus, en application de dispositions légales de protection de la nature dans le cadre d’aménagements (comme par exemple, en France, la séquence Eviter-Réduire-Compenser (ERC) (Regnery, 2017).
Or, encore aujourd’hui, les données issues des transplantations végétales dans un objectif de conservation sont rares et très peu standardisées malgré le nombre important d’opérations dans différents continents (Seddon et al. 2007; Godefroid et al. 2011 ; Dalrymple et al. 2012 ; Müller and Eriksson 2013; Ren et al. 2014 ; Corlett, 2016). Il s’ensuit que les facteurs de réussite de ces opérations, c’est-à-dire l’obtention d’une population viable après translocation, sont difficiles à analyser (Godefroid et al. 2011 ; Dalrymple et al. 2011).

Objectifs et méthodologie

L’objectif global de cette thèse est d’améliorer cette situation :

1) en analysant des opérations passées dont l’échec ou la réussite est à définir (selon des critères à établir),

2) en contribuant significativement aux retours d’expériences, et

3) en expérimentant plusieurs modalités de ces protocoles de translocation sur la base de cas concrets de translocations menés par l’entreprise impliquée.

Cette thèse s’organisera ainsi autour d’une partie plus fondamentale centrée sur la prise en compte de l’écologie des espèces dans le succès de ces opérations et l’expérimentation de différentes modalités de ces protocoles et d’autre part d’une partie opérationnelle concernant l’établissement et l’analyse de cette base de données de retours d’expériences, mais aussi de demandes actuelles d’opérations de translocation.

L’objectif général est de fonder les bases scientifiques d’opérations de translocation, d’optimiser leur réussite opérationnelle (base de données européenne des retours d’expérience ; tests de différentes modalités de translocation) et potentiellement de statuer sur les probabilités de réussite faibles liées à certaines caractéristiques spécifiques d’histoire de vie.

Etudes

Master 2 (2019) : Biodiversité Ecologie Evolution, spécialisation en biologie de la conservation à l’Université Paris-Saclay

Stage de master 2 : Relations plantes-pollinisateurs dans les ENS de l’Hérault (CEFE, Montpellier). Encadrement : Bertrand Schatz

Stage de magistère de biologie (2018) : Relations plantes insectes chez les Tingidae (MNHN, Paris) 

Master 1 (2018) : Biodiversité Ecologie Evolution à l’Université Paris-Saclay

Stage de master 1 : Effets maternels sur les lysozymes chez les mésanges bleues et charbonnières (iEES, Paris). Encadrement : Clotilde Biard

Licence 3 (2017) : Biologie des organismes et écologie à l’Université Paris-Sud

Stage de licence 3 : Effet d’un gène d’un papillon ravageur du maïs sur son activité motrice (EGCE, CNRS, Gif sur yvette)