Ecologie des Systèmes Anthropisés

Ambre MAUTUIT

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.51344482 315760112417938 6368580646129893376 n

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

+33 (0) 7 82 33 50 10
Bat. J, Campus route de Mende
Université Paul-Valéry Montpellier 3

 

 

Résumé

La surface du territoire occupée par les villes ne cesse d’augmenter, notamment autour des villes méditerranéennes. Ce phénomène d’urbanisation modifie profondément l’environnement aux échelles locales mais aussi paysagères, participant au déclin de la biodiversité. Malgré ce constat des espaces pouvant abriter la biodiversité, notamment des espaces boisés, jardins... sont présents en ville. Les vers de terre et les fourmis sont considérés comme des organismes ingénieurs et assurent de nombreuses fonctions écologiques dans les sols. Malgré leur importance peu d’études ont été réalisées sur ces derniers en contexte urbain méditerranéen et il n’existe pas de publications sur les interactions qui les lient.
Profitant d’un contexte local associant urbanisation croissante et enjeux forts de protection de la biodiversité des sols sur l’agglomération montpelliéraine, les objectifs de mon projet de thèse sont donc de :

1) Etudier la réponse des communautés le long d’un gradient d’urbanisation

2) Etudier la réponse des interactions vers de terre-fourmis le long d’un gradient d’urbanisation

3) Etudier les effets de l’urbanisation sur les traits fonctionnels et les traits d’interactions

Je propose d’aborder ces questions en couplant une approche multi-taxons et multi-échelles.

 

Mots-clésurbanisation, fourmis, vers de terre, multi-échelles, Montpellier

 

Directeurs de thèse : Jérôme Cortet & Alan vergnes