Clara ZIMMERMANN

Constantin LECERF

Ambre MAUTUIT

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.51344482 315760112417938 6368580646129893376 n

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

+33 (0) 7 82 33 50 10
Bat. J, Campus route de Mende
Université Paul-Valéry Montpellier 3

 

 

Résumé

La surface du territoire occupée par les villes ne cesse d’augmenter, notamment en région méditerranéenne. Ce processus d'urbanisation altère profondément l'environnement à des échelles locales et paysagères, représentant une menace mondiale pour la biodiversité, notamment celle des sols. Toutefois, des espaces verts aux usages diversifiés (production alimentaire, agrément, accompagnement de voirie) sont présents au sein des villes et peuvent jouer un rôle dans la conservation de la biodiversité. Parmi les communautés du sol, les vers de terre et les fourmis assurent de nombreuses fonctions écologiques dans les sols et constituent de bons bio-indicateurs pour évaluer les perturbations des habitats. De plus, ces organismes présentent des différences, notamment dans leurs capacités de dispersion, et leurs stratégies alimentaires, pouvant conduire à des réponses distinctes face aux perturbations aux échelles locales et paysagères. Enfin, la région méditerranéenne est considérée comme un “point chaud” mondiale de diversité pour ces groupes. Cependant, très peu d’études ont été réalisées sur ces derniers en contexte urbain méditerranéen.


Cette thèse vise à identifier les facteurs environnementaux influant sur les communautés de vers de terre et de fourmis au sein de différents espaces verts urbains méditerranéens de la métropole Montpelliéraine en adoptant une approche multi-échelles et multi-taxons. Trois axes de recherche complémentaires ont été développés : l'axe 1 étudie la réponse des fourmis dans 24 forêts urbaines réparties le long d'un gradient d'urbanisation ; l'axe 2 examine la réponse des communautés de vers de terre et de fourmis dans 40 sites urbains répartis entre des espaces de production alimentaire et des espaces verts récréatifs ou accompagnement de voiries, et également répartis le long d'un gradient d'urbanisation ; et enfin, l'axe 3 explore les patrons de distribution des vers de terre en utilisant une approche génétique et phylogéographique au sein d'un sous-ensemble des sites de l’axe 2.


Les axes 1 et 2 ont révélé une homogénéisation des communautés à travers la métropole, malgré la grande variabilité des espaces verts étudiés, allant des forêts urbaines à une diversité d'habitats ouverts. Des facteurs locaux et paysagers influençant ces communautés ont également été identifiés, avec des effets à plusieurs échelles sur les communautés de vers de terre, mais un manque de réponse des communautés de fourmis aux facteurs paysagers. L'axe 3 a permis d'affiner l'analyse de la distribution des vers de terre à Montpellier et a permis de mettre en évidence une grande diversité génétiques des vers de terre ainsi que des résultats novateurs en contexte urbain.

Cette thèse a ainsi permis d'isoler des facteurs environnementaux ayant des effets sur les vers de terre et les fourmis à diverses échelles, allant du local au paysager, ainsi que du gène à la communauté.

 

Mots-clésurbanisation, fourmis, vers de terre, multi-échelles, Montpellier, ADN barcoding

 

Directeurs de thèse : Jérôme Cortet & Alan Vergnes

 

Publication : (revue à comité de lecture)

- Ambre Mautuit, Daniel Fernández Marchán, Sandra Barantal, Matthias Brand, Annick Lucas, Jérôme Cortet, Alan Vergnes, Thibaud Decaëns, Environmental drivers of genetic diversity and phylogeographic pattern in urban earthworms, European Journal of Soil Biology, Volume 121, 2024, 103620, ISSN 1164-5563, https://doi.org/10.1016/j.ejsobi.2024.103620 (https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1164556324000268)

 

 

Théo ORIOL

Julia CENTANNI

DoctoranteJulia Centanni trombi

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

+33 (0) 4 67 14 24 52
Bat. J, Campus route de Mende
Université Paul-Valéry Montpellier 3

 

 

Résumé :

Les activités humaines ont fait entrer le monde dans une période de changements globaux où l’on observe un déclin majeur des espèces. Les invasions biologiques sont un des facteurs responsable de ce déclin. En raison de leur rôle majeur dans le fonctionnement des écosystèmes, les impacts des fourmis envahissantes sont souvent très importants.
Malgré ce constat, les mécanismes déclenchant ce caractère envahissant et les répercussions sur le fonctionnement des sols restent mal connus.
Le complexe taxonomique Tapinoma nigerrimum est un ensemble d’espèces de fourmis vivant dans les sols. Une des "espèces" du complexe est située dans des habitats naturels ouverts dans la région méditerranéenne et construit des nids faiblement peuplés, les autres prospèrent dans les zones urbanisées du sud de l'Europe comme la ville de Montpellier et forment des supercolonies au caractère envahissant.
Les objectifs de mon projet de thèse sont donc :

(i) d’établir une cartographie de la répartition du complexe autour du grand Montpellier et d’identifier les paramètres qui contrôlent le caractère envahissant. Pour cela, l’influence des paramètres environnementaux sera étudiée par des approches corrélatives et expérimentales
(ii) d’évaluer les conséquences de l’invasion sur le fonctionnement des écosystèmes, tant au niveau des paramètres abiotiques que de la compétition interspécifique au sein des fourmis
(iii) de développer un modèle intégré prédictif et spatialement explicite visant à anticiper la dynamique d’invasion dans les années à venir.

 

Mots-clés :

Espèces invasives, fourmis, complexe Tapinoma nigerrimum, effet de l'urbanisation, territoire du « Grand Montpellier », causes et conséquences de l’invasion, cartographie.

 

Publications :

- Ribardière A., Centanni J., Dano A, Coudret J., Daguin-Thiébaut C., Houbin C., Kerdoncuff E., Jambut S., Cordaux R., Broquet T. (2018) Female-biased sex ratios unrelated to Wolbachia infection in European species of the Jaera albifrons complex (marine isopods). Journal of Experimental Marine Biology and Ecology 509: 91-98. https://doi.org/10.1016/j.jembe.2018.09.002