• Alan VERGNES

    Alan Vergnes trombiMaître de Conférences

     Université Paul-Valéry Montpellier 3

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

    Google Scholar

     

    Soil(s) Fictions : http://cargocollective.com/soilfictions/About

     

    Résumé :
    Diplômé d’un doctorat en écologie, le cherche à mieux comprendre les effets qu’induisent les modifications de l’environnement à différentes échelles – du paysage à la parcelle - sur les communautés, les populations et les traits des invertébrés du sol. J’analyse les effets des changements d’occupation du sol, comme l’urbanisation, sur les communautés et les interactions. Je m’intéresse fortement aux problématiques d’agroécologie, dans les paysages ruraux mais aussi urbains.J’ai des compétences fortes dans l’intégration de la dynamique spatiale des processus, dans la détermination d’invertébrés. je fais partie d’un collectif « art-science » qui vise à sensibiliser le public à la protection des sols.

     

    Mots-clés :
    Ecologie du paysage ; écologie des sols ; invertébrés des sols ; systèmes anthropisés ; dispersion ; agro-écologie ; régulation biologique

     


  • Bertrand SCHATZ

     

    B Schatz

    Directeur de recherche au CNRS, CID 52

     

    Je m’intéresse à l’écologie de la pollinisation, à l’évolution des interactions plantes-insectes et à la conservation de ces communautés. Mes travaux concernent surtout les figuiers en milieu tropical et les orchidées en milieu méditerranéen et ils portent sur la compréhension fondamentale de ces interactions et l’opérationnalité de leur conservation.

     

    I am interested in pollination ecology, in the evolution of plant-insect interactions and in the conservation of these communities. My studies concern tropical figs and Mediterranean orchids and they are focused on the fundamental understanding of these interactions and using fundamental insights for operational conservation.  

     

    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

     

  • Charlotte BIGARD

    charlotte bigard

    Doctorante

    CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier cedex 5

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

    Sujet :

    La séquence ERC est-elle un instrument efficace pour intégrer la biodiversité comme donnée d’entrée dans l'aménagement du territoire ?

     

    « L’erreur est urbaine » a été tagué en mai dernier sur un mur au nord de Montpellier. Aujourd’hui on observe de plus en plus de luttes environnementales et de soulèvements de la population contre des projets d’aménagement du territoire. En parallèle, l’homme est à l’origine des impacts les plus pesants à long terme sur les milieux naturels. Afin que l’aménagement du territoire soit plus intégré et qu’il prenne en compte les enjeux environnementaux, et grâce à un mouvement international de prise de conscience, l’Etat français a fait évoluer la règlementation avec les Lois Grenelles 1 et 2 de l’environnement (2009-2010). Ces évolutions ont bouleversé les procédures d’aménagement. Les aménageurs sont désormais obligés d’évaluer les impacts environnementaux de leurs opérations et de prendre en compte, en conséquence, les milieux naturels dans le développement des projets, des plans et des programmes. L’instrument de politique publique développé est la séquence « Eviter-Réduire-Compenser » (ERC) les impacts sur les milieux naturels, associé à l'objectif de "no net loss" ou "absence de perte nette de biodiversité".

    Après une quarantaine d'années d’application de la séquence en France et dans le monde, et au regard de la façon dont elle est effectivement appliquée, il semblerait qu’ERC ne permet pas de remédier à la perte chronique de biodiversité. Beaucoup d’auteurs ont notamment démontré que la compensation écologique, sur laquelle les aménageurs et les chercheurs semblent se focaliser, n’est pas en mesure de prendre en charge la perte de biodiversité car elle nécessite la création d’un gain de biodiversité, gain dont la réalité est aujourd’hui peu soutenue par les écologues de la restauration.

    C’est face à ces constats, bilans et à la difficulté des aménageurs à appliquer ERC que la thèse a vu le jour. Elle se focalise sur l’étude de la capacité de la séquence ERC à prendre en compte la biodiversité dans l’aménagement du territoire à différentes échelles territoriales et cherche à proposer des pistes pour améliorer les résultats écologiques de l’application d’ERC.

    L’objectif est donc tout d’abord de faire une étude approfondie des pratiques et lacunes actuelles de l’application d’ERC à l’échelle des projets dans le contexte règlementaire français. Ce premier point nous amène ensuite à nous questionner sur les échelles territoriales d’application d’ERC, à la recherche d’une échelle adéquate pour anticiper et devancer les pertes induites à l’échelle projet dans un objectif de no net loss.Ceci sera couplé à un questionnement méthodologique sur l’élaboration d’un cadre de travail d’anticipation d’ERC à l’échelle de la planification. Enfin, une analyse des jeux d’acteurs régissant et déterminant la mise en œuvre d’ERC en pratique sur le territoire viendra boucler la thèse en apportant une analyse qualitative sur les liens entre échelles et sur les postulats et blocages implicites à l’origine du manque d’efficacité d’ERC.

    Dans un souci de rendre le projet de recherche utile en pratique et de répondre à des questions issues du terrain, la thèse se positionne à l’interface entre la recherche et les praticiens en adoptant une posture de recherche-intervention. Cette interface est d’autant plus essentielle à considérer et à inclure dans les postulats de départ du projet, que la séquence ERC est un sujet très actuel, issu d’une politique publique et dont les avancées règlementaires et pratiques ont toujours précédées les travaux de recherche.

     

    Mots clés : séquence ERC, planification du territoire, action publique, jeux d'acteurs, gouvernance territoriale, politique environnementale, priorités de conservation, evaluation environnementale, étude d'impact

    Key words : mitigation hierarchy, land-use planning, public action, territorial governance, environmental plicy, conservation priorities, environemental impact assessment, strategic environmental assessment

     

    Encadrement :

    John Thompson, écologue (CEFE – CNRS)

    Sylvain Pioch, géographe (CEFE – UPV)

     

    Publication:

    Bigard, C., Thiriet, P., Pioch, S., Thompson, J.D., Accepté (2019).Strategic landscape-scale planning to improve mitigation hierarchy implementation: an empirical case study in Southern France. Land Use Policy.

    > Disponible sur...

    Bigard, C., Leroy. M., Accepté (2019).Appréhender la séquence Eviter-Réduire-Compenser dès la planification de l’aménagement: du changement d’échelle à sa mise en œuvre. Quelques réponses apportées par les territoires. Sciences, Eaux et Territoires.

    > Disponible sur...

    Chaurand*, J., Bigard*, C., Vanpeene-Bruhier, S., Thompson, J.D., 2019. Articuler la politique Trame verte et bleue et la séquence Éviter-réduire-compenser : complémentarités et limites pour une préservation efficace de la biodiversité en France. VertigO. (*co-écriture)

    > Disponible sur https://journals.openedition.org/vertigo/24472

    Bigard,C., 2018. Eviter-Réduire-Compenser : d’un idéal conceptuel aux défis de mise en œuvre. Une analyse pluridisciplinaire et multi-échelle. Thèse de doctorat, Université de Montpellier.

    > Disponible sur http://www.biu-montpellier.fr/florabium/jsp/nnt.jsp?nnt=2018MONTG010

    Bigard, C., Regnery, R., Pioch, S., Thompson, J., 2018. De la théorie à la pratique de la séquence Eviter-Réduire-Compenser (ERC) : Eviter ou légitimer la perte de biodiversité ? Développement Durable et Territoire.

    > Disponible sur https://journals.openedition.org/developpementdurable/12032

    Bigard, C., Pioch, S., Thompson, J.D., 2017a. The inclusion of biodiversity in environmental impact assessment: Policy-related progress limited by gaps and semantic confusion. J. Environ. Manage. 200, 35–45.

    > Disponible sur https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301479717305303

    Bigard, C., Regnery, B., Blasco, F., Thompson, J., 2017b. Prise en compte biodiversité études d’impact : évolutions, lacunes. Eaux Territ. Rev. Irstea, 8p.

    > Disponible sur http://www.set-revue.fr/sites/default/files/articles/pdf/set-revue-biodiversite-etude-impact.pdf

    Bigard, C., Thiriet, P.,  Pioch, S.,  Thompson, J.D., 2017c, Anticipation of the mitigation hierarchy at a land use planning scale: framework proposal at the knowledge-action boundary, communication at the 2017 EUGEO Congress, Bruxelles.

    > Disponible sur https://eugeo2017.sciencesconf.org/149936/document

     

    Cursus et Travaux précédents :

    AgroParisTech, cursus ingénieur, domaine "gestion et   ingénierie de l’environnement" (Paris 5) puis Spécialité GEEFT « gestion environnementale des écosystèmes et forêts tropicales » (Montpellier). Stage : intégration des enjeux de biodiversité à la stratégie d’aménagement équilibré du territoire de la Communauté d’Agglomération de Montpellier. Accompagnement de la Direction du Foncier et de l’Aménagement Opérationnel (DFAO) sur la mise en œuvre de la séquence ERC à différentes échelles territoriales et opérationnelles.

     

     

  • Edmond DOUNIAS

    edmond dounias

    Directeur de recherche à l'IRD

    Logo ird new

    Recherches axées sur les interactions bioculturelles entre les peuples forestiers et les forêts tropicales humides en situation de changement radical, en utilisant les systèmes alimentaires comme des révélateurs des stratégies adaptatives élaborées localement en réponse aux changements.

     

    Research activities focusing on the biocultural interactions between forest dwellers and tropical forests in a context of drastic change, using food systems as key revealers of the adaptive strategies elaborated locally in response to the changing environment.

     

    Actuellement Représentant de l'IRD pour l'Indonésie et Timor oriental

     

    Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

  • Edouard MICHEL

    Doctorant12112019 ed photo

    CEFE/CNRS Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier cedex 5

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

     

    Sujet de thèse : Dynamiques socio-écologiques en région méditerranéenne : analyse comparée de réponses locales au défi de protection de la nature.

    Mots-clés : Socio-écosystèmes, biodiversité méditerranéenne, espaces ruraux, projets de territoire.

    Keywords : Social-ecological systems, mediterranean biodiversity, rural areas, local development projects.

    Contexte : Dans les arrière-pays méditerranéens français, de profonds changements socio-économiques ont eu lieu depuis la révolution industrielle et les « trente glorieuses ». Ces changements sont aussi socio-environnementaux : ils marquent fortement les écosystèmes méditerranéens et les priorités actuelles de leur gestion ou de leur protection. De nombreux projets, initiatives ou dispositifs structurent ainsi les territoires ruraux autour de dynamiques socio-écologiques en conjuguant des objectifs multiples d’aménagement, de protection de l’environnement, d’animation et de valorisation de ces territoires.

    C’est cette interdépendance entre société et environnement que ce projet veut explorer, pour comprendre son importance dans le déploiement d’actions locales et dans le changement des territoires. En comparant différentes initiatives en Languedoc-Roussillon, il s’agit de comprendre la mobilisation de ces liens d’interdépendance non seulement en fonction des formats d’initiatives différentes, mais aussi du rôle qu’ils jouent dans leur formulation et leur mise en œuvre, à la croisée d’enjeux multiples et d’intérêts différents. En mobilisant le concept de solidarité écologique et des apports issus de différentes disciplines, ce travail veut aussi contribuer à une approche scientifique intégrée des questions socio-environnementales.

    Encadrement :

    Raphaël MATHEVET (CNRS, UMR5175 CEFE)

    John THOMPSON (CNRS, UMR5175 CEFE)

    Etablissement d’inscription :

    Université de Montpellier

  • Franck RICHARD

    F Richard

    Professeur des Universités, Université de Montpellier

     

    Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

  • Raphaël MATHEVET

     

     

    altDirecteur de Recherche CNRS (DR1)

      CEFE/CNRS
    Campus du CNRS
    1919, route de Mende
    34293 Montpellier 5

    tél : +33 4 67 61 32 77
    fax: +33 4 67 41 06 16

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

  • Sylvain PIOCH

    altSylvain PIOCH

    Maître de conférences, HDR Géographie et Aménagement de l’espace, Université Paul Valéry-Montpellier III

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Sylvain Pioch, est docteur en géographie et aménagement de l’espace ainsi qu'ingénieur écologue (AFIE). Ses travaux de thèses, réalisés en partie au Japon, portent sur la restauration des habitats marins à l'aide de récifs artificiels et d'approches de gestion intégrée des zones côtières pro-actives. Il a poursuivi ses recherches en Floride dans le cadre d'un post-doctorat à la NOVA University au sujet des techniques d'ingénierie écologiques côtières et des outils de dimensionnement des mesures compensatoires selon le concept de "no net loss" (Pas de Perte Nette) au sein de la séquence Eviter Réduire et Compenser. Il développe ses travaux en Floride sur les instruments et la gouvernance de compensation des impacts anthropiques : banques de compensation côtières, méthodes de calcul des gains et pertes de biodiversité et les techniques de restauration écologique marine. Il travaille actuellement sur les problématiques d'évaluation de la compensation des impacts anthropiques, la réglementation environnementale (lois, cadres opérationnels, processus transactionnels), les techniques d’ingénierie écologique (transplants, bouturage, substrats...) et l’eco-conception des infrastructures maritimes (design, matériaux, habitats artificiels). Après 10 ans d'ingénierie en tant que chef de projet environnement, en France et à l’international, il est depuis 2011 maitre de conférence à l’université Montpellier 3 où il enseigne la géographie de l’environnement, l’aménagement des territoires sous l’angle de l’ingénierie territoriale environnementale et l’organisation des socio-écosystèmes littoraux. Il enseigne également à l’ENTPE au CNFPT, à l’Université de Corte (etc.) et à l’étranger à la NOVA University, ou en tant que conseillé de l'académie des énergies renouvelables marines du Japon.

    Sylvain Pioch is currently a researcher at CEFE laboratory and associate professor at University Paul-Valéry Montpellier in environmental/urban planning, dedicated to marine and coastal area. After a PhD in coastal geography partly done in TUMSAT (Japan), he continued as a post-doctoral fellow at Nova University (Florida, USA), and IFREMER (France) working on ecological engineering and scoring methods to value gains and losses of ecological functions. He works on issues linked to the mitigation of anthropogenic impacts, green infrastructure (harbour & maritime infrastructures, eco-designed, eco-friendly materials, artificial habitats), governance of mitigation in France and the US (laws & rules, guideline and ref. frameworks, transactional processes) and ecological engineering tools. He teaches Graduate students at University Paul-Valéry Montpellier, Nova University (Florida) and in 6 other different training programs.