Samson ACOCA-PIDOLLE

SamsonACOCA PIDOLLE NCSDoctorant

CEFE/CNRS
Campus du CNRS
1919, route de Mende
34293 Montpellier cedex 5

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

http://www.normalesup.org/~sacocapi/

Projet : Retour vers le passé : adaptation rapide et sauvetage évolutif chez les Plantes

Superviseur : Pierre-Olivier Cheptou

Résumé du projet :
Le but de notre projet est d’étudier l’évolution des systèmes de reproduction chez les plantes à fleur. Nous nous intéressons particulièrement aux cas des plantes entomophiles. En effet, le déclin récent des pollinisateurs pose de nombreuses questions quant à l’évolution de l’interaction plantes-pollinisateurs. Nous nous intéressons exclusivement à l’évolution des plantes au sein de cette interaction.

Pour la partie expérimentale de ce projet nous utilisons comme modèle la Pensée des champs (Viola arvensis) avec laquelle nous utilisons l’approche dite d’écologie de la résurrection. Grâce à cette approche nous cultivons dans des conditions standards les ancêtres et leurs descendants simultanément et pouvons ainsi mesurer et comparer divers traits phénotypiques.

Nous réfléchissons également aux limites de cette approche et à comment les quantifier.

Enfin, d’un point de vue théorique, nous nous intéressons au syndrome d’autofécondation, et à l’évolution vers l’autofécondation en général, et leurs conséquences en terme de sauvetage évolutif.

 

Back to the past: rapid adaptation and evolutionary rescue in Plants

Supervisor : Pierre-Olivier Cheptou

Summary :
Our project focuses on the evolution of reproductive systems in flowering plants. We focus in particular on insect-pollinated plants. Indeed, the recent decline of pollinators raises many questions about the evolution of plant-pollinator interaction. We are exclusively interested in the evolution of plants within this interaction.

For the experimental part, we use Field Pansy (Viola arvensis) with a resurrection ecology approach. With this approach we cultivate under standard conditions the ancestors and their descendants simultaneously and can thus measure and compare various phenotypic traits.

We are also considering the limitations of this approach and how to quantify them.

Finally, from a theoretical point of view, we are interested in the selfing syndrome, and the evolution towards selfing in general, and their consequences in terms of evolutionary rescue.

Céline FROMONT

celine fromontDoctorante

CEFE/CNRS
Campus du CNRS
1919, route de Mende
34293 Montpellier cedex 5

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tél : +33 4 67 61 33 05

Sujet de thèse : De la solidarité écologique dans les territoires : l’exemple des aires protégées françaises

Mots-clés : solidarité écologique, aires protégées, intendance environnementale, interdépendances, socio-écosystème, projets de territoire

Keywords : ecological solidarity, protected areas, environmental stewardship, interdependence, social-ecological system, territorial projects

Résumé : Le contexte actuel de perte de diversité biologique et culturelle et d'altération de nos liens à la nature et entre humains invite à reconsidérer notre place dans la biosphère et notre modèle de développement. Le concept de solidarité écologique exprime la prise de conscience dans l'action des interdépendances écologiques, socio-écologiques et socio-politiques. La solidarité écologique de fait est basée sur l'exploration scientifique de ces interdépendances et se manifeste par la coévolution des sociétés humaines et de la nature. Cette solidarité écologique se traduit dans l'action lorsque les sociétés humaines prennent conscience de ces interdépendances, se les approprient, font le choix d'être solidaire envers les humains au sujet de la gestion/exploitation de la biodiversité et/ou envers les non-humains, et opérationnalisent ce concept dans l'action collective. Avec l'inscription de la solidarité écologique dans des textes définissant des stratégies de conservation de la nature en France, le concept se décline de plus en plus de manière opérationnelle dans les projets de territoire. Cette thèse aura donc pour objectif d'étudier les modalités de la traduction de la solidarité écologique de fait dans l'action. Il s'agira de comprendre comment des acteurs impliqués dans différents dispositifs de protection de la nature reconnaissent et s'approprient les concepts de la solidarité écologique et les traduisent en projets de territoire. Cette étude sera basée sur des enquêtes auprès des réseaux nationaux des Parcs Nationaux et des Parcs Naturels Régionaux, et sur deux monographies détaillées d'un Parc National et d'un Parc Naturel Régional. La thèse contribuera à nourrir d'une part, la réflexion sur l'évolution du concept et des approches conséquentialistes dans le contexte des changements globaux et d'autre part, la création d'un dispositif opérationnel permettant à un collectif de reconnaître, connaître et travailler les solidaritésécologiques à l'échelle d'un territoire.

Encadrement :

Raphaël MATHEVET (CNRS, UMR5175 CEFE)

John THOMPSON (CNRS, UMR5175 CEFE)

 

Thibaut FERRAILLE

Doctorantthibault ferraille

CEFE/CNRS
Campus du CNRS
1919, route de Mende
34293 Montpellier cedex 5

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sujet : Mise en œuvre de la séquence ERC dans le cadre de la planification territoriale

Mots clefs : Aménagement du territoire, Enjeux de biodiversité,
Préservation, Pas de perte nette

Encadrants scientifique :

John THOMPSON, CEFE-CNRS

Charlotte BIGARD, AgroParisTech - Montpellier

Christian KERBIRIOU, CESCO - MNHN - UPMC - CNRS

Fabien CLAIREAU, Naturalia Environnement

Encadrant technique :

Yvan LE BRAS, CESCO – MNHN – UPMC - CNRS

Financement :

Naturalia Environnement et Bourse CIFRE

Résumé :

Les activités anthropiques tel que l'artificialisation des sols sont responsables de la 6ème crise d'extinction de la biodiversité. Afin d'atteindre une absence de perte nette de biodiversité, les projets d'aménagement sont soumis à la séquence « Éviter, Réduire et Compenser » (ERC). L'application de cet outil réglementaire à l'échelle des plans et programmes est nécessaire afin de pallier aux manques de l'échelle des projets. En effet, une approche stratégique de l'aménagement du territoire permet d'intégrer les effets cumulés, d'anticiper les impacts des projets ainsi que de mettre en œuvre une approche stratégique de la compensation. Néanmoins, l'évaluation des enjeux de biodiversité d'un territoire ne peut être uniquement appréhender sur la seule analyse bibliographique. En effet, une connaissance imparfaite du territoire n'engendre ni plus ni moins des mesures d'évitement théorique. De plus, un manque de perspective des mesures de compensation limite leurs efficacités dans un contexte de changement climatique. Face à cela, il apparaît nécessaire de développer des méthodes et des outils de mise en œuvre de la séquence ERC afin d'aider les décideurs de l'aménagement du territoire. Ainsi cette thèse vise à doter les acteurs d'outils et de méthodes opérationnelles, en utilisant des données brutes de biodiversité disponibles et libres d'accès, afin d'améliorer la prise en compte de la biodiversité et ce pour 1) les phases d'anticipation et 2) de compensation écologique. Enfin, ce projet se voulant être aux plus proches des besoins des acteurs, plusieurs sites d'études permettront de développer des outils et des méthodes opérationnelles et adaptables.

Ninon Fontaine

ninon fontaine2

Doctorante

CEFE/CNRS
Campus du CNRS
1919, route de Mende
34293 Montpellier cedex 5

ninon.fontaine@cefe.cnrs.fr

Sujet de thèse :
Les génépis : dynamiques d’espèces de haute montagne dans leur socio-écosystème

Mots-clés :
socio-écosystème - génépis - haute montagne - cueillette - niche écologique

Keywords :
socio-ecosystem - génépis - high mountain - natural harvesting - ecological niche

Résumé :
En haute montagne, la durabilité des activités traditionnelles et la fragilité de la flore face aux changements globaux en cours représentent un double enjeu pour le 21ème siècle. Les génépis sont des espèces au cœur de ces problématiques, du fait de leur répartition restreinte à des milieux au-delà de 1800m d’altitude, et de leur cueillette pour produire le digestif du même nom. Ce sujet de thèse propose une étude simultanée de la niche écologique de quatre espèces de génépis et des modes et tendances de leur cueillette dans le sud des Alpes, dans des situations de coexistence ou d’isolement sur des  transitions écologiques majeures. Les résultats permettront d'affiner les stratégies et actions de conservation au sein des socio-écosystèmes de haute montagne. L’étude sera aussi un point de départ pour le suivi à plus long terme des espèces emblématiques de la haute-montagne, avec l’originalité d’étudier le lien entre écologie et usages dans un contexte de changements climatiques.

Encadrement :
John THOMPSON (CNRS, UMR5175 CEFE, équipe NCS)

Sophie CAILLON (CNRS, UMR5175 CEFE, équipe IB)

Isabelle BOULANGEAT (INRAE, LESSEM, équipe ASTRRE)

Marine FAUCHE

Doctorante

CEFE/CNRS
Campus du CNRS
1919, route de Mende
34293 Montpellier cedex 5

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tél : +33 4 67 61 33 05

 

Mon travail de recherche en philosophie de l'environnement s'inscrit dans le projet d'équipe AnthroNat, et combine histoire des sciences végétales et enquête de terrain (entretiens et observations participantes) dans les espaces protégés, pour interroger les reconfigurations des manières de connaître et d'agir du champ de la conservation, en contexte de changements globaux, dans la région méditerranéenne française.

Je m'intéresse en particulier aux pratiques de conservation de la flore, dans leurs aspects scientifiques et institutionnels, aux indicateurs de changements, aux pratiques de suivis et de translocations de populations végétales, et aux choix de gestion par libre évolution.

J'analyse ces différentes pratiques de conservation dans leurs enjeux épistémologiques et éthiques, avec une approche centrée sur les temporalités qu'elles donnent à voir ou mettent en oeuvre.

 

Enseignements :


"Une histoire du concept de nature", cours magistral à l'université Paul Valery, dans le cadre du module "Ecologie, anthropologie et philosophie de la nature", S1, depuis 2019.
"Philosophie et développement durable", cours magistral à l'université Paul Valery, dans le cadre du module "Ecologie, économie, géographie et philosophie : approches croisées du développement durable", S2, depuis 2019.
"Introduction à la philosophie environnementale : questions épistémologiques, éthiques et politiques", cours magistral à l'Université Jean Moulin - Lyon 3, en 2020-2021
TD de méthodologie philosophique, université Paul Valery, S1, en 2021-2022.

 

Lire la suite : Marine FAUCHE