Taïna LEMOINE

Doctorante - Université Montpellier

CEFE UMR 5175
1919 Route de Mende
34293 Montpellier FRANCE

Deuxième étage, aile A, bureau n°206

&

AGAP UMR 1334
2 Place Pierre Viala
34060 Montpellier FRANCE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser./Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Période :

Novembre 2020 – Novembre 2023

Financement :

Projet ANR SCOOP : Sélectionner des plantes coopératives pour développer une agriculture plus durable (Coordination par Hélène Fréville, INRAE, AGAP).

Encadrement :

Cyrille Violle (UMR CEFE), Florian Fort (UMR CEFE) et Hélène Fréville (UMR AGAP).

Mots-clés : complémentarité de niche, compétition, traits fonctionnels, stratégie d’utilisation de la ressource, agriculture, culture en mélange.

Sujet de thèse :

Qui coexiste avec qui ? Qui est en compétition avec qui ? Qui coopère avec qui ? Les interactions écologiques sont des processus majeurs qui influencent la coexistence des espèces et le fonctionnement des écosystèmes. Pour autant, les caractères phénotypiques qui confèrent aux espèces (ou aux génotypes) une aptitude à la compétition (ou à la coopération) élevée restent mal connus. C’est en particulier le cas pour les végétaux, tant sur les espèces sauvages que cultivées.

De plus, la simplification des agrosystèmes couplée à l’utilisation massive d’intrants lors de la révolution verte a engendré une hausse sans précédent des rendements qui a permis de répondre aux besoins alimentaires des populations des pays industrialisés.

Une des solutions envisagées pour limiter l’usage d’intrants, tout en maintenant des niveaux de production acceptables, est de réintroduire de la diversité dans les systèmes cultivés. Cette diversification des agrosystèmes peut se faire à l’échelle interspécifique comme dans les systèmes de culture associées (Bedoussac et al., 2015) mais aussi à l’échelle intraspécifique en cultivant des génotypes d’une même espèce en association au sein d’une parcelle.Cependant, augmenter la diversité dans une culture n’est pas toujours synonyme d’un meilleur fonctionnement de cette dernière. Les recherches doivent donc être poursuivies afin de concevoir des mélanges variétaux permettant d’assurer une productivité suffisante dans des agrosystèmes durables (Litrico & Violle 2015).

Mon projet de thèse vise à comprendre par des approches comparatives en écologie fonctionnelle, qui s’appuie sur l’étude les variations de caractères, l’adaptation des plantes à leur environnement ainsi que les interactions qu’elles mettent en place. L’utilisation des traits fonctionnels est une manière d’appréhender la question de façon générique sous l’hypothèse que des traits candidats sont valides quelle que soit l’espèce (ou le génotype) considéré. J’étudie les interaction mises en place entre différents génotypes de blé dur afin de comprendre quels sont les mécanismes écologiques qui sous-tendent la relation diversité – productivité au sein de couverts monospécifiques. Je m’intéresse particulièrement aux traits racinaires qui restent encore peu étudiés à l’échelle des plantes cultivées.

Publication :

- Chabert, S., Lemoine, T., Cagnato, M. R., Morison, N., & Vaissière, B. E. (2018). Flower age expressed in thermal time: is nectar secretion synchronous with pistil receptivity in oilseed rape (Brassica napus L.)? Environmental and Experimental Botany, 155, 628-640.

- Lemoine, T., Chabert, S., Fronteau, L., Conjeaud, J.-C., Vaissière, B. (2018). Mesurer et optimiser la sécrétion nectarifère. Bulletin Semences (259), 38-41.

- Chabert, S., Lemoine, T., Fronteau, L., & Vaissière, B. E. (2017). Mesurer la sécrétion nectarifère: exemple d'une lignée hybride F1 et de son parent mâle stérile chez le colza d'hiver (Brassica napus L.). OCL, 24(6), D602.

 

Rémi PELISSIER

Léo DELALANDRE

Doctorant - Université Montpellier 2

Département : Ecologie fonctionnelle
Equipe : Ecologie comparative des communautés, des plantes et des écosystèmes

CEFE/CNRS
Campus du CNRS
1919, route de Mende
34293 Montpellier 5
France

Deuxième étage, aile A, bureau n°206

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sujet de thèse (2020-2023) : Du fonctionnement des organismes à la dynamique des populations et à la structure des communautés chez les végétaux : une exploration du rôle des traits fonctionnels.

Direction de la thèse : Cyrille VIOLLE, Eric GARNIER

Mots clefs : Ecologie comparative, Traits fonctionnels, Diversité fonctionnelle, Structure et dynamique des communautés, Compromis évolutifs

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Publications :

1. Delalandre, L., & Montesinos-Navarro, A. (2018). Can co-occurrence networks predict plant-plant interactions in a semi-arid gypsum community? Perspectives in Plant Ecology, Evolution and Systematics, 31, 36–43. doi: 10.1016/j.ppees.2018.01.001

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Stages et expériences

2020 Stage de recherche de M2 au CEFE, équipe ECOPAR, avec Cyrille Violle, Pierre Gaüzère et Xavier Morin.
2017-2018 Voyage à vélo en Europe en partie dédié à une réflexion sur la résilience des agroécosystèmes : http://institutmichelserres.ens-lyon.fr/IMG/pdf/agriculture_en_europe_et_resilience_une_exploration_a_velo.pdf
2017 Stage au Centre de Recherches sur la Désertification (CIDE), Valence, Espagne, avec Alicia Montesinos-Navarro et Miguel Verdú.
2016 Stage à l’iEES avec Elisa Thébault et Colin Fontaine (modélisation d’un réseau de pollinisation et étude des effets de la phénologie sur les interactions).

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Formation 

 2019-2020 Master 2 BEE (Biodiversité, Ecologie, Evolution), Université Paris-Sud, MNHN, Sorbonne-Université.
 2018-2019  Préparation de, et admission à, l’agrégation de SV-STU.
 2016-2017  M1 de biologie (spécialisation en écologie et évolution), ENS de Lyon.
 2015-2016  L3 de biologie à l’ENS de Lyon.
 2013-2015  Classe préparatoire BCPST. Admission sur concours à l’ENS de Lyon.

Stefania PRZYBYLSKA

PhD student (2019-2022)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

I am interested in approaches for straightening the fields of ecology and evolution. My thesis focuses on assessing the roles of selection and constraints on intraspecific plant variability and on exploring eco-evolutionary feedbacks through plant-soil interactions. Using Arabidopsis thaliana as model organism and integrating experimental evolution, common garden and reciprocal transplantation experiments, the ultimate goal of my thesis is to examine the drivers underlying intraspecific plant variability.

PhD supervision :
Cyrille Violle (CEFE - Centre d'EcoIogie Fonctionnelle et Evolutive, France)
Denis Ville (LEPSE - Ecophysiologie des Plantes Sous Stress Environnementaux, France)
François Vasseur (CEFE - Centre d'EcoIogie Fonctionnelle et Evolutive, France)
Johannes F. Scheepens (Goethe University Frankfurt, Alemagne)


Publications:

Przybylska, M.S., Brito, F.A., Tidon, R. (2016) Ecological insights from assessments of phenotypic plasticity in a Neotropical species of Drosophila. Journal of Thermal Biology 62, 7-14.

Przybylska, M.S., Roque, F., Tidon, R. (2014) Drosophilid Species (Diptera) in the Brazilian Savanna are Larger in the Dry Season. Annals of the Entomological Society of America 107, 994-999.

Marie-Charlotte BOPP


Doctorante Institut Agro (2019-2022)

Contact

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Co-directrice et co-directeur de thèse

Elena Kazakou (Institut Agro) et Guillaume Fried (ANSES)

 

Sujet de thèse

Dynamique spatio-temporelle des adventices en réponse aux pratiques de gestion des sols dans les vignobles et conséquences sur le fonctionnement du sol

Dans le cadre de ma thèse, je cherche à comprendre comment les communautés d'adventices s'assemblent dans les milieux très antropisés (la vigne est l'objet d'étude dans mon cas). En milieu agricole, les pratiques culturales de gestion du sol constituent des perturbations qui impactent la composition des communautés d'adventices. Les différences de composition floristique entre un sol qui a été travaillé et un sol fauché peuvent se voir à l'oeil nu au sein d'une même parcelle :

Tonte vs travail

Photo prise par Guillaume Fried. A droite, sur l'inter-rang travaillé mécaniquement, la présence de fleurs blanches est visible (fausse roquette, Diplotaxis erucoides) tandis qu'elle est moins abondante dans le couvert tondu de l'inter-rang de gauche.

Nous cherchons à répondre à la question suivante : est-ce que certains traits fonctionnels peuvent expliquer pourquoi certaines espèces s'adaptent à ces différentes perturbations et d'autres disparaissent (Question 1) ? Nous testons l'approche fonctionnelle à plusieurs échelles spatiales (nationale et régionale) et temporelles (2 ans jusqu'à 40 ans).

De plus, au sein d'un réseau régional monté dans les années 80 dans le Montpellierais (photo ci-dessous), nous étudions le lien entre les propriétés fonctionnelles des communautés végétales et l'activité de décomposition de la matière organique issue de la tonte des communautés d'adventices. Peut-on établir une relation entre les activités microbiennes potentielles de nitrification, de dénitrification et de respiration et les traits des communautés qu'ils minéralisent (Question 2) ?

Carte pratique

Photographie aérienne du réseau de parcelles de vigne "Maillet" mis en place dans les années 80. Quarante ans après les premiers relevés de flore, nous avons à nouveau analysé la composition floristique des communautés en utilisant les mêmes méthodes de relevés. Les changements de composition floristique peuvent être expliqués par les changements de pratiques de gestion du sol (désherbage chimique prépondérant dans les années 80 et qui tend à diminuer de nos jours, remplacés par le travail du sol et les pratiques d'enherbement).

 Le schéma suivant résume les deux principaux axes de ma thèse:

Schema these page web