Ecologie des Systèmes Anthropisés

Agnès MECHIN

Photo AMechin

Agnès MECHIN

Doctorante

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Université Paul Valéry – Montpellier 3.
Bat. J
Route de Mende - 34199 Montpellier cedex 5

 

 

Résumé
La réglementation française prévoit dans son code de l’environnement, l’obligation pour un maître d’ouvrage d’éviter, réduire et enfin de compenser les impacts négatifs résiduels significatifs causés par ses installations, ouvrages, travaux, ou activités sur la nature. Les différents acteurs du dispositif partagent le constat d’une application insuffisante de la séquence ERC. Les raisons sont multiples.
L’une d’entre elles tient au manque de méthodes partagées pour évaluer l’équivalence écologique ou encore dimensionner la compensation. Ce manque est à relier en particulier, à la complexité scientifique du sujet, comme le montrent les nombreuses publications scientifiques traitant de la question, ainsi qu’à sa dimension territoriale. La proposition de méthodes d’évaluation représente donc un enjeu important à la fois pour les acteurs des territoires, praticiens d’ERC et pour les chercheurs.

Comment proposer une méthode qui devienne un véritable outil pour les praticiens, c’est-à-dire un objet qui les aide véritablement à accomplir leur tâche, tout en reprenant les connaissances scientifiques disponibles ? Nous formulons l’hypothèse que ce que nous nommons la « dimension utilisateur » de ces méthodes est tout aussi importante que la dimension scientifique qui occupe souvent le premier plan. Nous appelons « utilisateurs », les praticiens d’ERC : aménageurs, bureaux d’études, services de l’Etat, etc.

Nous tacherons de répondre aux questions suivantes :
1) Comment est prise en compte la dimension utilisateur dans les outils dont disposent les praticiens d’ERC pour évaluer l’équivalence écologique ?
2) Comment qualifier le lien entre praticiens de l’ERC et experts/chercheurs auxquels est confié la conception des outils d’évaluation ?
Pour ce faire, nous allons organiser le travail autour de 3 axes. i) Le premier axe reprend les outils des sciences sociales avec la réalisation d’une double enquête auprès des experts et des praticiens. Il s’agira d’identifier les dispositifs d’interface entre experts et praticiens, les expériences de collaboration autour de la conception d’outils, etc. ii) Notre deuxième axe de travail se focalisera sur les documents produits par les chercheurs d’une part, et les praticiens d’autre part. Au travers d’une revue de la littérature académique internationale sur l’équivalence écologique, nous identifierons les préconisations que font les experts à destination de la pratique. Nous procéderons à une analyse d’un échantillon d’études d’impact afin d’identifier si les préconisations des experts sont présentes dans les dossiers des aménageurs, et si oui, lesquelles et comment. iii) Enfin, notre troisième axe de travail sera centré sur la méthode MERCIe (Méthode de dimensionnement de la compensation). Nous testerons une démarche dite orientée vers l’utilisateur final au travers de tests sur des projets d’aménagement réels, et d’ateliers menés avec les partenaires opérationnels.

Sur la base de ces travaux, nous espérons i) proposer une évolution de la méthode MERCIe en phase avec les besoins des acteurs de terrain et ciblant les trois volets de la séquence ERC, et ii) proposer une démarche reproductible de conception de méthodes et outils, davantage tournée vers l’utilisateur final, que ce soit en termes de processus de construction, ou en termes de forme des outils.

Mots-Clés
No net loss, Séquence ERC, Compensation écologique
Interface science-action, utilisateur, end-user

Projet
MERCIe Méthode pour Eviter, Réduire, Compenser les Impacts écologiques

Partenaires
Entreprise d’accueil de la thèse CIFRE : ECO-MED, bureau d’études naturaliste. www.ecomed.fr

Directeur de thèse : Sylvain Pioch, géographe, maître de conférences (CEFE-Université Paul Valéry)
Co-tutelle ECO-MED : Alexandre Cluchier, écologue, directeur R&D (ECO-MED)

Co-financeurs du projet MERCIe et cas d’études :
DREAL Grand-Est
IFRECOR
ASF
Nîmes Métropole
TIGF

Publications
Mechin, A., Pioch, S., 2016. MERCIe : une nouvelle méthode pour évaluer la compensation écologique d’un projet. Actu-environnement.
Mechin, A., Pioch, S., 2016. Une méthode expérimentale pour évaluer rapidement la compensation en zone humide. La méthode MERCIe : principes et applications. Onema. http://www.onema.fr/node/4116

Communications
Mechin, A. 2017. La compensation écologique : le cas français. Séminaire « Les compensations écologiques en Wallonie, aspects juridiques et cas concrets » - 01/06/2017 – Conseil Economique et Social de Wallonie
Mechin, A. 2016. Atelier « Eviter plus et compenser moins : comment faire ? » – 14-16/09/2016 - Assises nationales de la biodiversité.

Parcours
2015-2016 : ingénieur de recherche, CEFE
2009-2015 : Chef de projet outil d’aide à la décision en protection des cultures, Agrosud
2000-2009 : Responsable de l’Organisation de Producteurs Conchyliculteurs de l’Etang de Thau
1999 : diplôme d’ingénieur agronome