Scott PRUDHAM

571DD133 3660 4DDC 8475 79A39B8A3E94 1 105 c

 

 Bureau 2-C-204, Tel 0467613341

Scott Prudham  sera au CEFE de janvier 2022 à décembre 2022

Scott Prudham est professeur dans le département de géographie et de planification et à l'école de l'environnement de l'Université de Toronto. Ses recherches se situent à l'intersection de la politique environnementale, du changement environnemental et de l'économie politique. Parmi ses sujets spécifiques, citons les régimes de propriété et de réglementation qui accompagnent la commercialisation des organismes génétiquement modifiés au Canada ; les politiques environnementales néolibérales et l'émergence du soi-disant "capitalisme vert" ; l'écologie politique de la foresterie industrielle alternative dans l'ouest de l'Amérique du Nord ; et les contributions de Karl Polanyi à l'économie politique verte. Ses recherches actuelles portent sur la restructuration agraire à long terme dans le secteur viticole du sud de la France, y compris l'articulation des mouvements régionaux de viticulture biologique et de production viticole en coopératives. Sa publication la plus récente, avec Ken Macdonald, est "Qualifying tradition : Instituted practices in the making of the organic wine market in Languedoc-Roussillon, France" dans le Journal of Agrarian Change, 2020 (https://doi.org/10.1111/joac.12371). Il est l'auteur de l'ouvrage Knock on Wood : Nature as Commodity in Douglas-fir Country, publié en 2005 par Routledge, et coéditeur de la collection Neoliberal Environments: False Promises and Unnatural Consequences, publiée en 2007 par Routledge. Il a été rédacteur en chef de la revue Geoforum et président de l'association des professeurs de l'Université de Toronto. Pour de plus amples renseignements, voir scottprudham.ca.

 

Scott Prudham is a Professor at the University of Toronto, appointed in the Department of Geography and Planning and in the School of the Environment. His research is situated at the intersection of environmental politics, environmental change, and political economy. Specific topics include property and regulatory regimes attending the commercialization of genetically modified organisms in Canada; neoliberal environmental policies and the emergence of so-called “green capitalism”; the political ecology of industrial and alternative forestry in western North America; and the contributions of Karl Polanyi to green political economy. His current research emphasis is on long term agrarian restructuring in the wine sector of southern France, including the articulation of the regional organic wine growing and cooperative wine making movements. His most recent publication, with Ken Macdonald, is “Qualifying tradition: Instituted practices in the making of the organic wine market in Languedoc‐Roussillon, France” in the Journal of Agrarian Change, 2020 (https://doi.org/10.1111/joac.12371). He is author of the 2005 Routledge book Knock on Wood: Nature as Commodity in Douglas-fir Country, and co-Editor of the 2007 Routledge collection Neoliberal Environments:False Promises and Unnatural Consequences. He is a former Editor of the journal Geoforum, and a past-President of the University of Toronto Faculty Association. For more information, see scottprudham.ca.

Antoine RIGNAULT

Rignault

Je suis étudiant en césure de Master d'Anthropologie à l'université Paris-Nanterre. Mes recherches portent sur les interactions entre les êtres humains et leur environnement telles qu'elles se manifestent dans les pratiques agricoles contemporaines en Europe. 

Dans le cadre de mon stage, je collabore avec Antoine Doncieux sur sa thèse intitulée 'Les vignerons de Gaillac : adaptation des connaissances et des pratiques aux changements climatiques'. Plus précisément, je m'intéresse aux facteurs humains derrière la distribution de la biodiversité cultivée dans le vignoble, et j'étudie le rôle important que jouent les échanges épistémiques entre vignerons dans les changements de pratiques et dans la réception de l'innovation, suivant la méthodologie de l'analyse de réseaux sociaux.

I am a Master's student in Anthropology at the University of Paris-Nanterre. My research focuses on the interactions between human beings and their environment as manifested in contemporary agricultural practices in Europe.

During my internship, I collaborate with Antoine Doncieux on his thesis entitled “The winegrowers of Gaillac: adapting knowledge and practices to climate change”. More precisely, I am interested in the human factors behind the distribution of cultivated biodiversity in the vineyard. I study the important role that epistemic exchanges between winemakers play in the changes of practices and in the reception of innovation, following the methodology of social network analysis.

Irene TEIXIDOR TONEU

irene teixidor toneu

 

Irène est une ethnobotaniste qui s’intéresse aux plantes médicinales et l'analyse quantitative interculturelle des systèmes ethnobiologiques. Elle a obtenu son doctorat dans le cadre du projet MSCA-ITN "MedPlant : Exploration phylogénétique de la diversité des plantes médicinales" où elle a étudié l'utilisation des plantes médicinales amazighes et la transmission des connaissances au Maroc. Elle a ensuite contribué à la recherche ethnobiologique pour le développement durable dans le cadre de projets menés par la Global Diversity Foundation dans le Haut Atlas marocain. Ses recherches portent sur la dynamique des systèmes de connaissances locaux à travers le temps et l'espace, en mettant l'accent sur les relations entre les personnes et les plantes. Elle vise ainsi à aborder les questions de conservation de la biodiversité, de sécurité alimentaire et de santé, et fournit des recommandations pour mettre en œuvre des stratégies de conservation bioculturelle intégratives prioritaires.

Irene is an ethnobotanist with experience in medicinal plant research and cross-cultural quantitative analysis of ethnobiological systems. She did her PhD as an Early Stage Researcher in the MSCA-ITN "MedPlant: Phylogenetic exploration of medicinal plant diversity" where she studied Amazigh medicinal plant use and knowledge transmission in Morocco. After, she contributed with ethnobiological research for sustainable development through projects led by the Global Diversity Foundation in the Moroccan High Atlas. Her research addresses the dynamics of local knowledge systems through time and space with a focus on people-plant relations. With this, she aims to address issues of biodiversity conservation, food security and health, and provides recommendations to implement priority integrative biocultural conservation strategies.

https://www.nhm.uio.no/english/about/organization/research-collections/people/irente/

https://scholar.google.com/citations?user=2kNI-zMAAAAJ&hl=ca

Nicolas Dibot

Océane COBELLI

Ingénieure d'études

Département Interactions, Ecologie et Sociétés

Equipe Interactions et Adaptations Bioculturelles

CEFE/CNRS
Campus du CNRS
1919, route de Mende
34293 Montpellier 5
France

2ème étage, aile C, bureau 215

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

image                 

Poste actuel (depuis le 01/03/2022)

Actuellement, je travaille avec Yildiz Aumeeruddy-Thomas en tant que gestionnaire du projet ROC-CHA (Réseau d'Observation et de Conservation in situ des variétés de CHÂtaigniers et savoirs traditionnels associés). Mes missions consistent à gérer la logistique et l'aspect administratif du projet mais également à développer l'intermédiation entre les différents partenaires du projet. Je suis aussi amenée à réaliser des analyses simples sur les données recueillies et à gérer les bases de données constituées tout au long du projet.

Le projet ROC-CHA est un projet participatif et co-construit incluant des synergies entre savoirs locaux et scientifiques pour une meilleure adaptation des agroécosystèmes à châtaigneraies face à la crise climatique. Les objectifs de ROC-CHA sont de : i) faciliter la transmission des savoirs locaux et co-construits entre castanéiculteurs, des plus expérimentés aux jeunes au sein des territoires et entre territoires, ii) mener des recherches sur les indicateurs locaux de l‘impact du changement climatique (selon LICCI.eu), iii) réaliser des modélisations phéno-climatiques dans l'objectif d’identifier des variétés robustes pour des zones topo-climatiques distinctes et selon les prédictions du GIEC, iv) pérenniser le réseau de castanéiculteurs et de structures territoriales créé autour de ROC-CHA pour la conservation et la transmission des variétés de châtaignes et des savoirs traditionnels associés

Poste précédent (01/03/2021 - 28/02/2022)

Au sein de cette même équipe, je travaillais jusqu'à récemment avec Delphine Renard (écologue, CEFE-CNRS) en tant qu'ingénieure d’études. Ma mission consistait à homogénéiser et combiner d’importantes bases de données spatio-temporelles provenant d’enquêtes menées à large échelle sur les pratiques agricoles de plusieurs pays d’Afrique de l’Est et financées par la Banque Mondiale (projet LSMS-ISA, Living Standards Measurement Study - Integrated Surveys on Agriculture). Cette mission entre dans le cadre du projet interdisciplinaire ASSET (AgrobiodiverSity for a food-Secure planET) et contribue à l’étude du rôle de la diversité des cultures dans la résilience des agrosystèmes et des agriculteurs face à l’instabilité et aux chocs climatiques.

Mots clefs

Agrobiodiversité, interactions Hommes-Milieux, Plantes cultivées, Pluridisciplinarité, Ethnoécologie, Recherche-action, Méthodes participatives

Parcours et intérêts scientifiques

Mon parcours et mes expériences précédentes, à l’interface entre écologie, agronomie et sciences humaines et sociales, m’ont permis de faire dialoguer les disciplines et de croiser les regards. Cela m’a également permis de déployer différentes méthodes (entretiens collectifs (focus group, cartographies participatives) et individuels, retranscription et codage, relevés botaniques) et de réaliser des analyses sur des données tant qualitatives que quantitatives. Ecologue de formation, j’ai acquis de solides bases théoriques en écologie scientifique (génétique des populations et des communautés, biostatistiques, écologie de la conservation) avec une spécialisation en botanique. Passionnée par les interactions Hommes-Milieux à travers le prisme de la diversité des plantes cultivées ainsi que par les pratiques et savoirs locaux, j’ai choisi d’orienter mon parcours vers l’étude des sciences humaines et sociales appliquées à la gestion de l’environnement. Cette nouvelle direction m’a permis de reconsidérer le monde qui nous entoure comme la résultante dynamique des interactions étroites entre les facteurs environnementaux et socioculturels. Souhaitant mieux comprendre les relations entre les sociétés et leur environnement, j’ai choisi de m’orienter vers un domaine qui s’y prête particulièrement bien : l’agriculture.

Formation 

 • 2016/2018 : Master Biodiversité, Écologie, Évolution parcours Ingénierie en Écologie et en Gestion de la Biodiversité - Université de Montpellier (34)

• 2015/2016 : Année de césure - stages au Conservatoire Botanique National Méditerranéen (antenne de Montpellier) et au sein de l'équipe Ecologie comparative des organismes, des communautés et des écosystèmes du CEFE-CNRS

• 2014/2015 : L3 Biologie Fonctionnelle de la Plante - Université de Montpellier (34)

• 2012/2014 : BTS Aménagements Paysagers - Institut de Genech (59)

• 2011/2012 : L1 Sciences Humaines et Sociales parcours Culture et Médias - Université Lille 3 (59)

• 2011 : Bac S spécialité Sciences de la Vie et de la Terre - Lycée Léonard de Vinci (62)

Publications et travaux

Faye, N. F., Cobelli, O., Beaurepaire, S., Raimond, C. & Labeyrie, V. (2021). État des lieux des modes de gestion de la diversité cultivée par les paysans dans deux sites du bassin arachidier au Sénégal : la coexistence comme nouvelle normalité ? Communication orale. Colloque international de l'Association Pour l’Anthropologie du changement social et du Développement. Les circulations dans le Sud global : ethnographies des échanges mondialisés. Panel "Des semences qui circulent, les nouveaux lieux et liens de la diffusion variétale". https://apad-association.org/conf-summary/maintenir-la-coexistence-de-pratiques-dapprovisionnement-en-semences-pour-soutenir-lagriculture-familiale-assurant-la-biodiversite-une-etude-a-plusieurs-echelles-au-senegal/

Cobelli, O. (2021). Rôle et complémentarité des variétés cultivées dans la subsistance et l'adaptation des exploitations familiales sérères au Sénégal. Vidéo de présentation d'une partie des résultats de mon stage de deuxième année de master : https://www.youtube.com/watch?v=apSRrLKiMHM.
Dans le cadre du webinaire de clôture du projet CoEX - Gouvernance adaptative de la coexistence des systèmes de gestion de la diversité : https://projetcoex.sciencesconf.org

Cobelli, O. (2018). Rôle de la diversité cultivée et des sources d'approvisionnement en semences dans le fonctionnement des exploitations agricoles familiales sérères de la région de Niakhar, Sénégal., 113 p. Mémoire de master 2 : Ingénierie en écologie et en gestion de la biodiversité - Université de Montpellier. Résumé. https://agritrop.cirad.fr/592479/ 

Lien vers le rapport complet par >> ICI <<

Equipe TE

Responsable scientifique
Pierre-Olivier CHEPTOU

Responsable technique
Thierry MATHIEU

Equipe technique :
Pierrick AURY
Jean-Marc DONNAY (PP)
David DEGUELDRE
Pauline DURBIN

Fabien LOPEZ

Pour contacter la plateforme
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
tél : 04 67 61 32 21
port : 06 12 74 20 61