Thèses, HDR

Soutenance de Nafissa Dehimeche

Ce vendredi 24 mars à 14h, Nafissa Dehimeche soutiendra sa thèse intitulée "Rôle des trichomes et des composés organiques volatils dans le dépôt d’ozone et la réponse des plantes de tomate au stress"

devant un jury composé de :

M. Dominique Serça, PR, laboratoire d’Aérologie, Toulouse - Rapporteur
M. Romain Larbat, CR, laboratoire Agronomie et Environnement, Lorraine - Rapporteur
Mme. Hélène Gautier, DR, INRAE, Avignon - Examinatrice
M. Jean-Luc Verdeil, DR, CIRAD, Montpellier - Examinateur
M. Christophe Boissard, MDC, Université de Paris, Paris - Examinateur
M. Michael Staudt, CR, CEFE, Montpellier - Directeur de thèse
Mme. Nadia Bertin, DR2, INRAE, Avignon - Co-encadrante de thèse

La soutenance sur diffusée en visioconférence sur zoom : https://zoom.us/j/97286035186?pwd=RkJtZ0x5QkNaYmFrcnNSSi9CZDFGUT09 (ouvert à partir 13h30)

Résumé :

L'ozone est un gaz à effet de serre et un polluant atmosphérique, qui peut à concentrations élevées, avoir des conséquences importantes sur la croissance et la productivité des écosystèmes agricoles et forestiers. Cependant, la sensibilité des plantes à l’ozone diffère en fonction de leurs caractéristiques écophysiologiques, morphologiques et biochimiques.

Dans mon travail de thèse, j’ai cherché à améliorer notre compréhension des traits de résistance de la tomate (Solanum lycopersicum) à l’ozone, notamment à travers les propriétés des trichomes (poils) qui sont des appendices présentent dans presque tous les organes végétatifs, qui pourraient représenter des réservoirs des composés organiques volatils ( COV), qui sont des métabolites secondaires, ils jouent un rôle important dans la signalisation et  l’adaptation des plantes à leur environnement,  dont tous ces deux traits sont capables à réagir avec l’ozone et diminuer son effet sur les plantes.
La stratégie de recherche a consisté à analyser la variabilité des émissions de COV et leurs origines chez 8 génotypes qui présentent une grande variabilité génétique.

Dans un second temps, une caractérisation morphologique et histochimique des trichomes sur des parents et leurs mutants associés a été réalisée. Ces parents et leurs mutants associés (un mutant odorless déficient en nombreux COV, un mutant peu poilu et un autre très poilu) étaient contrastés en densité, composition, morphologie, type des trichomes (glandulaires et non glandulaires) et en émission de COV.  

Dans un troisième temps, j’ai analysé le rôle de ces trichomes et COV dans le dépôt d’ozone et la résistance des plantes au stress.

Nos résultats ont souligné le rôle de la densité des trichomes glandulaires et non glandulaires dans la résistance des plantes et le faible rôle de la destruction d’ozone par réaction avec les COV en phase gazeuse. En outre, une certaine résistance à l’ozone observée chez un mutant odorless suggère que d’autres métabolites secondaires ayant une forte réactivité et capacité à faire face au stress oxydatif sont impliqués.

Les résultats ont permis de discuter le rôle des trichomes et des COV dans la destruction de l'ozone. La comparaison des mutants et des parents sauvages ayant des trichomes et des émissions de COV distincts est une approche pertinente pour évaluer le pouvoir protecteur de ces traits contre l’ozone. De fait, une meilleure exploitation des trichomes et des métabolites secondaires (COV et composés non volatiles) en production végétale pourrait permettre une résistance accrue des plantes face au stress oxydatif.