Archives Thèses, HDR

Ce lundi 9 novembre à 9h, Quentin STRUELENS  soutient sa thèse  intitulée "Gestion durable des ravageurs dans les Andes tropicales: une approche transdisciplinaire et multi-échelle" en visioconférence.

Lien zoom pour la visioconférence: https://umontpellier-fr.zoom.us/j/85418491981?pwd=OGdJSElCUWlMWG9POTh2Q0NsbU5wZz09

 

Gestion durable des ravageurs dans les Andes tropicales: une approche transdisciplinaire et multi-échelle

lundi 9 novembre 2020 à 9h

Résumé de la thèse en français :

Le recours aux pesticides constitue la principale solution contre les ravageurs des cultures au niveau mondial, malgré leur caractère non durable lié aux dégâts environnementaux et humains qu’ils occasionnent. Ce constat est particulièrement saillant dans les pays émergents, comme c’est le cas pour l’agriculture familiale dans les Andes tropicales. L’objectif de cette thèse consiste à augmenter la durabilité des pratiques de protection des cultures dans les Andes tropicales. Pour ce faire, nous faisons appel aux concepts clefs de la science de la durabilité (l’approche multi-échelle, la transdisciplinarité, et la recherche participative) afin de comprendre les dynamiques socio-écologiques à l’œuvre dans l’agroécosystème. À chaque échelle spatiale, de potentielles forces motrices majeures et obstacles ont été co-identifiée par les agriculteurs et les scientifiques, puis ana-lysés en employant des disciplines pertinentes. À l’échelle de la parcelle, les dynamiques temporelles des ravageurs ont été modélisées, permettant de guider le calendrier d’application de méthodes de contrôle. À l’échelle du paysage, l’impact de l’interaction entre la présence de zones non-cultivées et l’application de pesticides sur les pollinisateurs et ravageurs a été examiné, permettant de mettre en évidence l’effet négatif des pesticides sur les pollinisateurs. À cette même échelle, les perceptions par les agriculteurs des paysages andins et des services qu’ils leurs offrent ont été évaluées, permettant d’identifier de potentielles solutions basées sur la nature. À l’échelle des Andes tropicales, les agriculteurs ont mis en évidence, au travers d’enquêtes chez les revendeurs de pesticides, une omniprésence de recommandations erronées concernant leurs utilisations. Finalement, à l’échelle des tropiques, la littérature sur les insecticides produite dans cette région a été analysée afin d’en identifier les thèmes promouvant une plus grande durabilité. Ces résultats distribués entre les différentes échelles ont ensuite été combinés afin de dessiner une chaîne causale à l’œuvre dans le socio-écosystème, nous permettant d’identifier les revendeurs de pesticides comme une cause et force motrice majeure, nécessitant un changement afin d’atteindre une protection durable des cultures. Des pistes de solutions sont proposées par l’exploration du conflit d’intérêt comme thème transversal, responsable de la nature non-durable de la protection des cultures dans les Andes.

Résumé de la thèse en anglais:

Pesticides are the main solution against crop pests worldwide, despite their unsustainable nature due to the environmental and human damage they cause. This is particularly salient in less developed countries, as is the case for smallholder farmers in the tropical Andes. The objective of this thesis is to increase the sustainability of pest management practices in the tropical Andes. To do so, we use key concepts of sustainability science (the multi-scale approach, transdisciplinary, and participatory research) to understand the socio-ecological dynamics at work in the agroecosystem. At each spatial scale, potential major driving forces and obstacles were co-identified by farmers and scientists and analyzed using relevant disciplines. At the plot scale, the temporal dynamics of the pests were modelled, thus guiding the timing of application of control methods. At the landscape scale, the impact of the interaction between the presence of non-crop areas and pesticide application on pollinators and pests was examined, highlighting the negative effect of pesticides on pollinators. At the same scale, farmers' perception of the Andean landscapes and the services they offer was assessed, allowing the identification of potential nature-based solutions. At the tropical Andean scale, through surveys of pesticide retailers, farmers have highlighted the pervasiveness of erroneous recommendations regarding the use of pesticides. Finally, at the scale of the tropics, we analyzed insecticide literature produced in this region in order to orient it towards greater sustainability. These results distributed across the different scales were then combined to draw a causal chain at work in the socio-ecosystem, allowing us to identify pesticide dealers as a major cause and driving force requiring change in order to achieve sustainable crop protection. Solutions are offered by exploring conflict of interest as a cross-cutting theme responsible for the unsustainable nature of crop protection in the tropical Andes.

devant le jury composé de :

  • M Olivier DANGLES - DR, IRD - Directeur de thèse

  •  

    M Nicolas DENDONCKER-  Professeur, Université de Namur - Rapporteur

  •  

    Mme Aude VIALATTE - DR, INRAe - Rapportrice

  •  

    Mme Aurélie COULON - Maîtresse de conférences, MNHN - Examinatrice

  •  

    M Stéphane FOUCART - Journaliste, Le Monde - Examinateur

  •  

    Mme Sabrina GABA - DR, INRAe - Examinatrice

  •  

    Mme Vanesse LABEYRIE - Chercheure, CIRAD - Examinatrice