Archives Thèses, HDR

Ecologie et Biodiversité

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés :

De l’abondance des cerfs aux propriétés du sol : Une étude de cas dans les forêts d’Haïda Gwaii

jeudi 19 décembre 2019 à 13h 15
  Amphithéâtre de la délégation

L’augmentation récente et spectaculaire de l'abondance des cerfs en Amérique du Nord et en Europe occidentale a entraîné de profonds changements dans la structure des forêts tempérées. Si ces changements sont aujourd'hui bien caractérisés, les effets de cette forte abondance sur le sol restent cependant mal compris. Les cerfs peuvent interagir avec le sol par le rejet de fèces et d’urine, le piétinement et la réduction de la quantité et de la qualité de la litière par le broutage préférentiel des plantes appétantes. Ces interactions multiples rendent difficile la prédiction de l’effet net des cerfs sur les organismes et les processus du sol. En conséquent, les études actuelles dans les forêts tempérées ont révélé des résultats idiosyncratiques. Pour résoudre cette problématique, nous avons étudié la réponse des sols à la colonisation et à l'élimination du cerf de Sitka dans les forêts d’Haïda Gwaii. Nous avons constaté que les cerfs ralentissaient la décomposition en réduisant la qualité de la litière. La structure de la communauté microbienne et sa capacité à décomposer le carbone était impactée par la compaction du sol dû au piétinement. Nous avons également constaté que les effets des cerfs à court et moyen termes n’avaient que peu ou pas d'effet sur le sol, remettant en question les conclusions des études actuelles basées sur de plus court terme.

Mots clefs : Herbivores ongulés, Décomposition, Communautés procaryotes du sol, Cycle de l’Azote.

Abstract: The past century witnessed a dramatic increase in deer abundance in North America and Western Europe that triggered profound changes in the structure of temperate forests. If these changes are today well characterised, the effects of abundant deer belowground in these forests remain unclear. Deer can interfere with the soil through waste deposition, trampling, and reduction of litter quantity and quality by preferential browsing of palatable plants. The multiplicity of these pathways makes it difficult to predict the net effect deer will have on soil communities and processes. As a result, current studies in temperate forests have found inconsistent results within, and across, systems. In an attempt to resolve these inconsistencies, we studied the soil response to the colonisation and removal of Sitka black-tailed deer in the forests of Haida Gwaii. We found that deer slowed-down litter decomposition by reducing litter quality. They also modified microbial community structure and ability in decomposing carbon via soil trampling. Most of these effects became only apparent in the long term, hence questioning the results obtained through short term studies.

Keywords: Ungulate herbivores, Decomposition, Soil prokaryotic communities, Nitrogen cycle

Membres du jury

Sébastien BAROT                  Directeur de Recherche, IRD                                Rapporteur

Feth-el-Zahar HAICHAR          Maître de conférences, Université Lyon 1              Rapporteur

Cindy PRESCOTT                  Professeur, University of British Columbia             Examinateur

Thibaud DECAËNS                Professeur, Université de Montpellier                    Examinateur

Jean-Louis MARTIN               Directeur de Recherche, CNRS                            Directeur de thèse

Sue GRAYSTON                   Professeur, University of British Columbia              Directeur de thèse