Archives Thèses, HDR

Avis de Soutenance

Céline JACOB
Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

APPROCHE GEOGRAPHIQUE DE LA COMPENSATION ECOLOGIQUE EN MILIEU MARIN : analyse de l’émergence d’un système de gouvernance environnementale

Soutenance prévue le vendredi 3 février 2017 à 14h00
Lieu :
Université Paul-Valéry Montpellier, Site Saint-Charles, Rue du Professeur Henri Serre, Salle des Actes

Composition du jury proposé 

Monsieur Pascal MARTY          Professeur, ENS Lyon   Rapporteur
Madame Hélène REY-VALETTE
    Maître de Conférences, Université de Montpellier   Rapporteur
Madame Catherine MEUR-FEREC     Professeur, Université de Bretagne Occidentale   Examinateur
Monsieur Eric THIEBAUT         Professeur, Université Pierre et Marie Curie   Examinateur
Monsieur Jean-Michel SALLES
    Directeur de recherche, CNRS  

Examinateur

Monsieur Jean-Marie MIOSSEC     Professeur Emérite, Université Paul-Valéry Montpellier  

Directeur de thèse

Monsieur Sylvain PIOCH       Maître de Conférences, Université Paul-Valéry Montpellier   Codirecteur de thèse
Monsieur Sébastien THORIN                           Responsable de la cellule R&D, CREOCEAN                                                    Co-directeur de thèse
 


Résumé

Dans un contexte où la contribution de l'économie maritime mondiale pourrait doubler à l’horizon 2030 selon l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE), ce qui souligne à la fois les menaces pesant sur cette biodiversité exceptionnelle et la relation de dépendance des activités aux actifs naturels marins, il est crucial d’étudier la pertinence de l’utilisation de la compensation, et plus largement de la séquence Eviter – Réduire – Compenser (ERC) en milieu marin. En effet, cet instrument de politique publique a été élaboré dans le but de promouvoir un développement économique ne contribuant pas à l’érosion de la biodiversité. L’objectif de la thèse est d’examiner l’application de la séquence ERC dans l’environnement marin et d’en indiquer les limites sous l’angle géographique, approche disciplinaire qui permet d’analyser les problématiques liées aux relations nature/sociétés de manière holistique. Un premier état des lieux des pratiques ERC marines, s’appuyant sur les études d’impacts environnementales françaises, montre le manque de garanties concernant l’application des mesures, la quasi-absence de la phase d’évitement et la non-conformité des pratiques compensatoires, conclusions proches de celles qui ont été émises au début de la compensation en milieu terrestre. Le peu de compensations marines envisagées ciblent essentiellement les espèces protégées. Dans ce cadre, des compensations qualifiées de socio-économiques ou « environnementales » se développent au détriment des compensations écologiques. D’autre part, les propositions de mesures ERC font fortement appel aux techniques de restauration et d’ingénierie écologiques disponibles mais ne respectent, qu’en partie, les principes de compensation et notamment celui d’équivalence écologique. Face au constat d’absence de dimensionnement des mesures compensatoires, le développement d’une approche standardisée et opérationnelle constitue une première piste de réflexion, fondée sur une analyse multicritère de l’état et des fonctionnalités de l’environnement. Ensuite, afin de mieux caractériser les contours des compensations écologique et « environnementale » et afin de renforcer le poids de la biodiversité, l’intégration du concept de service écosystémique dans la compensation est envisagée au sein des pratiques actuelles relatives à l’étude d’impact. Enfin, l’analyse des processus de gouvernance de la compensation en Californie permet de mieux comprendre les liens entre les différents acteurs de ce réseau. Ce travail, s’inspirant de la sociologie de l’acteur réseau, confirme l’importance des composantes méthodologiques et techniques étudiées précédemment mais souligne le rôle clé de l’intervention des acteurs « médiateurs » et l’ajustement des échelles spatiales et temporelles. Le recours à ces éléments permet de « repenser » la gouvernance de la compensation en milieu marin pour promouvoir les étapes d’évitement et de réduction mais aussi la mutualisation des moyens de compensation, en s’appuyant sur les approches de Politique Maritime Intégrée. Cette recherche met ainsi en lumière les lacunes du système actuel en révélant un certain laxisme à l’égard de ces écosystèmes particuliers et démontre que ce statu quo peut être dépassé par un travail mêlant approches techniques, méthodologiques, conceptuelles et organisationnelles.

Mots clés: compensation écologique, Non-Perte Nette, écosystèmes marins, étude d’impacts environnementale, méthode de dimensionnement, service écosystémique, gouvernance, sociologie de l’acteur réseau