Archives Thèses, HDR

Avis de Soutenance

Lillian RODRIGUEZ

EERGP Écologie,

Evolution, Ressources Génétique, Paléobiologie

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Evolution et écologie des Ceratosolen des Philippines, pollinisateurs des figuiers du sous genre

Sycomorus

Soutenance prévue le vendredi 09 décembre 2016 à 14h00

 Lieu : CEFECNRS

UMR 5175 1919 route de Mende 34293 Montpellier

Grande salle de réunion, 1ère étage

 

Composition du jury proposé

M. Finn KJELLBERG                                      CEFECNRS  UMR 5175                                                               Directeur de these

M. JeanYves RASPLUS                                  INRA, CBGP UMR 1062                                                              CoDirecteur de these

Mme Nina RøNSTED                                     Natural History Museum of Denmark, University of Copenhagen Rapporteur

M. Marc GIBERNAU                                      SPE, UMR CNRS 6134                                                               Rapporteur

Mme Emmanuelle JOUSSELIN                       INRA, UMR 1062 CBGP                                                            Examinateur

Mme AnneGeneviève BAGNèRESURBANY        Institut de Recherche sur la Biologie de l'Insecte UMR CNRS 7261    Examinateur

Motsclés : Agaonidae,phylogénie,Ficus,,

Résumé :

La spéciation et la diversification sur les iles sont des processus évolutifs tirés par de nombreux facteurs tels qu’histoire géologique et complexité topographique. Réciproquement, l’histoire évolutive d’une espèce contribue à expliquer ses traits biologiques et écologiques actuels. J’ai cherché à analyser ces patrons et processus à travers un système modèle présent à travers toutes les régions tropicales du monde : les Ficus et leurs insectes pollinisateurs (Hymenoptera : Chacidoidea). Plus particulièrement je me suis focalisée sur les Ficus du sous genre Sycomorus et leurs pollinisateurs, les insectes du genre Ceratosolen. Les deux objectif principaux de ma thèse ont été de : (1) étudier l’histoire biogéographique des espèces de Ceratosolen des Philippines à partir des reconstructions phylogénétiques et (2) étudier quelques aspects de la biologie et de l’écologie de ces espèces et de les relier à leur histoire évolutive. Pour l’objectif 1, nous montrons que, comme la plupart des biota des Philippines, les Ceratosolen sont arrivés du sud par Palawan ou par

l’archipel de Sulu, à de multiples reprises. Il semble que l’histoire géologique, les bras de mer profonds et les changements de niveau des mers du Pléistocène ont une valeur explicative faible pour comprendre la distribution et la diversification des groupes d’espèces. Les facteurs importants seraient plutôt la complexité topographique des iles, les distances entre iles, la capacité intrinsèque de dispersion des insectes et la spécialisation écologique. Pour l’objectif 2 nous avons étudié les traits suivants : la modification des pattes arrière, la durée de vie, l’activité journalière, la structuration génétique spatiale et la perception des odeurs de figues réceptives. Nous montrons que les pattes postérieures modifiées de C. corneri ont des propriétés hydrophobes plus fortes que celles, non modifiées, de son proche parent, C. jucundus. Le caractère hydrophobe de ces pattes permet aux males de C. corneri de respirer même submergé dans du liquide dans les figues. Cette adaptation est probablement le résultat de la sélection sexuelle car ces males peuvent émerger plus tôt de leurs galles pour féconder les femelles. Nous montrons ainsi comment un trait de la figue, la quantité de liquide, contraint la morphologie et le comportement du pollinisateur. Par ailleurs nous

documentons plusieurs cas de coexistence locale de plusieurs espèces de pollinisateurs associées à F. septica. Dans un site nous montrons que les deux espèces de pollinisateurs diffèrent par leur durée de vie mais débutent leur activité en même temps. De plus, F. septica et ses clades de pollinisateurs noirs présentaient une structure géographique similaire. Ce patron a pu apparaitre dans le contexte de barrières géographiques fortes, menant à l’isolement, à l’adaptation locale et finalement, à la codiversification.

Nous montrons que la coexistence de pollinisateurs a probablement été rendue possible par un déplacement initial de caractère suivi d’une extension d’aire. Finalement, nous fournissons des éléments montrant que les variations géographiques d’odeurs de figues réceptives ne limitent pas l’expansion géographique des insectes pollinisateurs.

Ceci est confirmé par nos résultats sur la gamme d’odeurs perçues par les insectes. Nous montrons que cette perception était fortement dépendante des stimuli rencontrés. Ainsi nous voyons une convergence des odeurs perçues entre insectes partageant un même hôte. Ceci est une démonstration de la plasticité évolutive du système de perception des odeurs des insectes. Ainsi notre travail explore des aspects historiques et biologiques de l’ensemble des Ceratosolen des Philippines, avec une focalisation sur la diversification en cours dans le système Ficus septicainsectes associés. La suite du travail abordera les moteurs biologiques et les processus biologiques tels que la cospéciation ou le partage de pollinisateurs que nous avons documentés ici.