Archives Thèses, HDR

Avis de Soutenance

Mickaël CHAUVET

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Coexistence d’espèces ligneuses et assemblage des communautés en forêt tempérée : une approche basée sur un modèle de dynamique forestière

le vendredi 16 décembre 2016 à 9h30

Lieu : L'Amphithéâtre de la délégation

 

Composition du jury proposé

M. Jérome Chave - EDB CNRS Toulouse - Rapporteur

M. Francesco de Bello - Institute of Botany, Czech Academy of Sciences - Rapporteur

M. Thomas Cordonnier - IRSTEA Grenoble - Examinateur

M. Stephan Hättenschwiler - CEFE CNRS - Examinateur

Mme Sylvie Oddou-Muratorio - INRA Avignon - Invité

M. Jacques Roy - CEFE CNRS - Directeur de thèse

M. Xavier Morin - CEFE CNRS - Co-encadrant de thèse

 

Résumé:

La compréhension de la coexistence des espèces végétales et de leur assemblage dans les communautés naturelles reste un des objectifs fondamentaux de l’écologie, et c’est un enjeu majeur dans le contexte actuel des changements globaux. Ce travail de thèse a consisté à apporter des éléments de compréhension quant aux effets des facteurs abiotiques et biotiques pour l’assemblage des communautés d’arbres en milieu tempéré. Ces questions nécessitent d’être considérées sur le long terme, ce qui est particulièrement difficile en milieu forestier du fait de leurs dynamiques lentes. C’est pourquoi nous avons utilisé ici une approche originale basée sur un modèle mécaniste de dynamique forestière. Dans la filiation des études empiriques basées sur les traits fonctionnels en écologie des communautés, nous avons cherché à identifier les signatures fonctionnelles du filtre environnemental et de la compétition dans l’assemblage des communautés forestières, et ce le long d’un gradient de productivité en Europe centrale. Nos résultats montrent que le filtre environnemental est un déterminant majeur de la structure des communautés en restreignant la gamme de variation des traits, avec des effets plus marqués dans les milieux très contraignants et peu productifs. Par ailleurs, nos résultats montrent que la compétition pour la lumière mène à une convergence de la structure fonctionnelle des communautés, convergence d’autant plus forte que les milieux sont productifs. Dans le but d’approfondir la compréhension des mécanismes d’assemblage et de coexistence, nous avons montré qu’une augmentation de la variabilité climatique interannuelle n’aboutit pas systématiquement à une perte de diversité, et pourrait même favoriser la coexistence en modifiant le pouvoir compétitif relatif des espèces au cours du temps. Enfin, nous avons montré que les différences de valeurs de traits des espèces d’arbres pouvaient favoriser leur coexistence via des réponses différentielles des espèces à la variabilité climatique interannuelle et aux conditions de lumière. L’ensemble de ces résultats apporte de nouveaux éléments quant à la compréhension de la structuration des communautés forestières, et propose une vision intégrative des processus complexes d’assemblage et de coexistence au sein des communautés.

Mots-clés: assemblage des communautés, coexistence, compétition, filtre environnemental, modèle de dynamique forestière, traits fonctionnels.