Deux recettes pour se débarrasser des mauvaises mutations

 12 décembre 2018
 
© Jean-Pierre Pointier.

La plupart des mutations sont délétères. Sans sélection naturelle, elles s’accumuleraient et diminueraient peu à peu la survie des organismes. Une étude du CEFE sur des escargots, parue dans Evolution Letters, montre que deux processus limitent cette accumulation : la sélection sexuelle, liée à la compétition entre mâles, et la consanguinité, liée à une reproduction entre apparentés. Ces deux processus ont la même efficacité, un résultat rassurant pour les espèces allergiques à la consanguinité !  "En direct des labos"