« Loup y es-tu » ? De l’utilisation d’un réseau d’observateurs pour modéliser la dynamique de colonisation du loup en France

14 novembre 2017

loup

© ONCFS SD04.

Les grands prédateurs recolonisent leur aire de répartition originelle dans une grande partie de l’Europe, retour qui s’accompagne d’interactions croissantes avec les activités humaines et notamment l’élevage. En France, le loup gris (Canis lupus) est de retour depuis le début des années 1990 en provenance d’Italie. Comprendre la dynamique de colonisation du loup peut permettre de mesurer plus finement son statut de conservation et de mieux cibler les zones potentiellement conflictuelles en lien avec les attaques sur les troupeaux. Toutefois, modéliser la distribution du loup présente une difficulté méthodologique majeure : du fait de sa mobilité sur de vastes domaines vitaux, de sa discrétion et de sa faible densité, il est possible de ne pas détecter l’espèce dans certaines zones et d’en conclure, à tort, que le loup en est absent – on parle de faux négatifs. Travaux conduits par le CEFE. Lire dans "En direct des labos"