Hélène JOLY

Chercheur CIRAD

Directrice adjointe du CEFE


CEFE/CNRS
Campus du CNRS
1919, route de Mende
34293 Montpellier 5
 
Tél. : +33/0 4 67 61 22 56
Fax : +33/0 4 67 41 21 38

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mots-clés : Organisme biologique :Prunus dulcis, Ficus carica, Sorghum spp. Dacryodes spp. - Milieu : tropical et méditerranéen - Discipline : Ecologie évolutive - Technique :  Marqueurs moléculaires - Thématique :  interactions bioculturelles - Autres mots clés : ressources génétiques.

Je m’intéresse à la biologie évolutive des plantes cultivées ou utilisées par les sociétés humaines ; ma démarche repose sur le fait que les espèces utilisées sont à la fois des construits sociaux et des entités biologiques et que la dynamique de la diversité génétique de ces espèces est dépendante non seulement des traits d’histoire de vie des espèces mais aussi des différents contextes culturels, sociaux et agronomiques. Dans le contexte d’agricultures traditionnelles où les agriculteurs produisent leur propre semence, les savoirs et pratiques locaux influencent les forces évolutives agissant sur la plante —la sélection, la dérive, la migration— qui dépendent aussi des facteurs naturels liés à la biologie de la plante et au milieu écologique. Je m’appuie donc sur une approche interdisciplinaire nécessaire pour intégrer l’action des facteurs naturels et des facteurs socioculturels sur l’écologie et la génétique des populations de plantes utilisées. Les sites sont identifiés dans le cadre de collaborations avec des ethnobotanistes ou des anthropologues afin de couvrir différents contextes socioculturels.

Je travaille actuellement, dans le cadre de plusieurs collaborations, sur deux modèles biologiques en région tropicale : une espèce cultivée annuelle à reproduction sexuée de zone sèche (le sorgho) (projet ANR PlantaDiv) et un genre pantropical d’espèces pérennes d’Afrique équatoriale (Dacryodes spp.) qui sont, soient exploitées pour leur bois soient utilisées par les populations locales pour leurs fruits (projet ANR IFORA).

En région méditerranéenne, je m’intègre à des travaux sur la place de l’arbre dans les agrosystèmes avec un intérêt particulier pour l‘impact des processus de domestication et des modalités de gestion contemporaines sur la dynamique de la diversité variétale et la diversité génétique de l’amandier (Prunus dulcis), de l'olivier et du figuier (Ficus carica) et (projet FruitMed, soutenu par la fondation Agropolis).